Arch. dép. Haute-Savoie, 5 M 129

Date : 12 avril 1869
Intitulé : arrêté ministériel autorisant l’exploitation d’une source

Charles Charrier, propriétaire de deux sources à Tougues, tout près du lac Léman, demande depuis 1865 l’autorisation d’exploiter officiellement l’eau minérale alcaline qui en jaillit et qui possède « des qualités bienfaisantes connues depuis longtemps ». Il a envoyé à Paris des échantillons au ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics en demandant une analyse. Mais il doit préalablement obtenir l’avis de l’ingénieur en chef des Mines à Chambéry qui l’invite à effectuer des travaux de captage. Après un avis favorable  du Conseil d’hygiène en 1866, on attend l’avis de l’académie impériale de médecine à Paris. Mais les bouteilles d’échantillons ont été brisées lors du déménagement du ministère ! Charles Charrier en renvoie en 1867. L’autorisation de l’académie est accordée en janvier 1868. Il faut encore faire valider les travaux de captage par l’ingénieur, chose faite en juin suivant. A l’issue de ce long parcours médico-administratif, l’arrêté ministériel arrive enfin le 12 avril 1869 : le propriétaire est autorisé « à exploiter pour l’usage médical et à livrer au public les eaux minérales dites de Tougues ».
Cet exemple s’inscrit dans la longue liste des sources minérales mises en exploitation sous le Second empire, à une époque où le thermalisme connaît un grand essor.

Localiser la commune de Chens-sur-Léman