13 - D'autres membres illustres

De nombreuses personnalités ont marqué l'histoire de l'Académie florimontane depuis 1851, tant par leur implication dans la société que par leurs travaux. Le choix, qui a conduit à retenir ceux présentés ci-après, est fatalement subjectif.

- Camille Dunant (1819-1909)
Fils aîné du peintre Prosper Dunant, il est avocat puis fonctionnaire, d'abord dans le cadre de l'administration sarde puis après le Rattachement de la Savoie à la France en 1860, comme conseiller du préfet. Très actif sur le plan du développement culturel et touristique de la région, il crée le Syndicat d'initiative d'Annecy ainsi que des sentiers touristiques de randonnées.
Président, puis président honoraire de la Florimontane, il rédige dans la Revue savoisienne un certain nombre de chroniques nécrologiques qui témoignent de la finesse de son esprit.

- Max Bruchet (Lons-le-Saulnier, 1868-Lille, 1929)
Archiviste de la Haute-Savoie de 1892 à 1908, il succède au chanoine Ducis, éminent archéologue. Ce dernier a pratiquement créé les Archives départementales après l'Annexion en 1860, en rassemblant les documents des anciennes administrations et des vestiges d'anciens chartriers. Max Bruchet, secondé par Joseph Serand, s'emploie à les classer et à les accroître.
Il est l'auteur de nombreuses études comme celles sur « L'ancien cadastre de Savoie », « Une étude archéologique du château d'Annecy », « Le château de Ripaille », « L'abolition des droits seigneuriaux » ou encore « La Savoie d'après les anciens voyageurs ».

- Marie Biennier (Chambéry, 1880-Annecy, 1963)
Elle révèle très tôt sa vocation artistique en participant dès l'âge de 20 ans, à une exposition organisée par l'Union artistique de Chambéry. Son intérêt et ses dons pour le dessin et la peinture valent à ses envois d'être admis dès 1909 au Salon des arts décoratifs puis en 1916 à celui de la Société des artistes français. En 1923, elle s'initie, seule, à la gravure sur bois, sa véritable vocation artistique qu'elle met au service de l'illustration de plusieurs ouvrages. Elle est récompensée par de nombreuses médailles, notamment celle en or au Salon des artistes français en 1949. Membre de l'Académie florimontane en 1934, elle est membre fondateur des Amis du Vieil Annecy dont elle devient président de 1953 à 1956.

- Daniel Rops (Henri Petiot dit) (Épinal, 1901-Aix-les-Bains, 1965)
Après une jeunesse dans les Alpes, des études de droit, d'histoire et de géographie, il entame une carrière dans l'enseignement avant de se consacrer entièrement à l'écriture en 1945. Ses romans révèlent un écrivain catholique préoccupé d'accorder la tradition religieuse à l'évolution de l'esprit moderne. En grand connaisseur des Écritures, il entend ouvrir à la foi le plus grand nombre.
Il est élu en 1955 membre de l'Académie française. Membre d'honneur de l'Académie florimontane, dans le cadre du Festival d'art sacré, en juillet 1962, il prononce un discours lors d'une séance solennelle au cours de laquelle est commémoré le troisième centenaire de la mort de Pascal.

- Pierre Soudan (Bellegarde, 1930-Annecy, 2001)
Journaliste et témoin de l'actualité haut-savoyarde dans les colonnes du Dauphiné libéré puis du Messager, il est l'un des acteurs de la vie culturelle annécienne et savoyarde, membre de nombreuses sociétés savantes et directeur de la Revue Savoisienne. Il publie de nombreux travaux sur le XIXe siècle en Savoie et notamment une biographie de Jules Philippe, un témoin de la Savoie au XIXe siècle.