8 - L'incunable Privilegia ordinis cisterciensis

Cet ouvrage, qui passe pour être le premier livre imprimé à Dijon, est réalisé en 1491 sur la sollicitation de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Pour cela, il fait venir en 1490 à Dijon, dans la maison du Petit-Cîteaux, un imprimeur Pierre Metlinger, qui venait alors d'imprimer à Dôle les Coutumes du comté de Bourgogne.

L'incunable Privilegia ordinis cisterciensis, composé par l'abbé de Cîteaux pour constituer les fondements des droits de l'Ordre, rassemble les privilèges les plus importants qui lui ont été accordés, d'après les archives de l'abbaye-mère, et accompagnés de commentaires. On y retrouve des bulles pontificales, mais aussi des sauvegardes et privilèges de différents princes de la Chrétienté (France, Angleterre, Hongrie, Bourgogne&). Le volume comprend en outre une préface de Jean de Cirey et une adresse au lecteur cistercien par Conrad Leonberger (1460-1511), abbé de Maulbronn et secrétaire de Jean de Cirey.
Ce recueil des privilèges accordés à l'Ordre de Cîteaux était probablement voué à être distribué lors d'un Chapitre général, au cours duquel l'ensemble des abbés se retrouvait à Cîteaux.
Jean de Cirey a cherché à éviter aux cisterciens les ravages provoqués par le système de la commende. Il fut également très actif dans la lutte contre la décadence monastique par une action rénovatrice de l'ordre cistercien.

Cet ouvrage possède une reliure plein-cuir en veau marron clair, avec un décor géométrique à froid sur les plats et le dos. Les plats sont en bois et le plat supérieur porte une inscription à l'encre. Il est cousu sur trois nerfs fendus (peau tannée à l'alun). Il possède des tranchefiles simples et bicolores (un fil blanc et un fil beige). La reliure est postérieure à l'impression. De nombreux feuillets sont montés sur onglet ce qui indique probablement que la reliure n'est pas contemporaine à l'impression de l'ouvrage.
Le papier utilisé est un papier chiffon vergé contenant un filigrane au trèfle. Les dimensions de l'incunable sont : 23,7 × 16,8 × 5,7 cm

La majeure partie des textes est en latin ; on en trouve cependant quelques-uns en français . La police utilisée pour ces textes est le caractère gothique, employée pour la composition des premiers ouvrages imprimés. Les caractères utilisés dans cet ouvrage sont de tailles différentes, peut-être pour souligner l'importance de certains passages, mais aussi pour faciliter la mise en page du texte.
Cet ouvrage, comme tous les incunables, ne comporte pas de pagination imprimée. En l'absence de pagination, on dispose de repères hérités des livres manuscrits du Moyen Âge, les signatures, où chaque cahier est désigné par une lettre de l'alphabet, suivie d'un chiffre pour chaque feuillet. Il dispose également d'une foliotation manuscrite postérieure à l'impression.

Cet incunable a appartenu à la bibliothèque de l'abbaye cistercienne Sainte-Catherine vraisemblablement dès 1506, d'après une mention manuscrite en latin, postérieure à l'impression, sur au verso du dernier feuillet de l'ouvrage. Il a fait ensuite l'objet d'un prêt à une date inconnue. Il semble ensuite avoir été conservé dans celle de l'abbaye d'Hautecombe.