4 - Le référendum du 28 octobre 1962 en Haute-Savoie : des résultats symptomatiques

Le nombre des électeurs inscrits pour ce scrutin est en progression, ce qui confirme l’accroissement démographique du département de la Haute-Savoie :

1958 : 175 690 électeurs. 1962 : 188 172 électeurs

Cette consultation suscite un intérêt élevé de la part des électeurs : la participation électorale est en légère hausse : 73,74 % contre 72 % pour les deux précédents scrutins. Le nombre de bulletins nuls est en baisse par rapport au référendum d’avril sur les accords d’Évian (4 976 bulletins).

La participation dans les villes est forte. Les quatre chefs-lieux d’arrondissement (Annecy, Bonneville, Saint-Julien-en-Genevois et Thonon-les-Bains) votent « Oui » avec une moyenne de 66 %. Seules neuf petites communes votent majoritairement « Non » (Mûres, Servoz, Arcine, Contamine-Sarzin, Esserts-Salève, Franclens, Saint-Germain-sur Rhône, Cervens et Sciez) ; ce vote négatif s’explique probablement pour au moins sept de ces communes par le fait qu’elles sont dirigées par des municipalités de sensibilité de gauche, donc hostiles à ce référendum dont le général De Gaulle est l’initiateur.

Un des bureaux d’Annecy dans lequel on compte 326 rapatriés d’Algérie donne une faible majorité de « Oui » (600 contre 543 « Non »), ce qui semble bien confirmer que cet électorat voterait « Non » à ce référendum en réaction aux accords d’Évian.