11 - De profondes mutations socio-économiques 1960
Vers 1970, les activités de services, incluant le commerce, qui forment la catégorie « tertiaire » de l’économie, correspondent à plus de 40 % de la population active de la Haute-Savoie. Cette donnée, inférieure à la moyenne française, sanctionne cependant la chute des effectifs industriels et esquisse une évolution profonde des structures économiques et sociales. L’importance du tourisme en tant qu’employeur et créateur de richesses est incontestable, mais les services ne se limitent pas à cela. L’augmentation des besoins de gestion des cadres de vie urbains et ruraux d’une population qui augmente fortement (294 000 habitants en 1954, contre 379 000 en 1968) conduit collectivités et services de l’État à recruter.

Cette évolution génère une croissance de la consommation, de plus en plus orientée vers l’équipement ménager, l’automobile et les loisirs. Le commerce participe ainsi pleinement à la croissance en adaptant ses modes de fonctionnement aux besoins nouveaux. D’une part figurent toujours les boutiques urbaines traditionnelles (Annemasse reçoit par exemple des acheteurs de Genève et de la vallée de l’Arve), doublées de magasins plus luxueux (notamment à Évian-les-Bains et Chamonix) visant une clientèle touristique et genevoise. D’autre part, on observe à Annecy la concrétisation d’une refonte du commerce de détail au niveau national : l’apparition en 1960 d’un des premiers supermarchés. À l’origine de la société Carrefour, dont un des fondateurs est le détaillant annécien Marcel Fournier, cette structure nouvelle propose un ensemble complet de produits de consommation en libre-service. Ce concept bouleverse les habitudes de consommation et fait de la Haute-Savoie un pionnier de ce qui devient la grande distribution.

La modernité s’impose dans les années 1960-1970 dans toutes les branches de l’économie : robotique dans l’industrie de précision, informatique dans la comptabilité et la gestion… Le rapport à la technologie se fait plus étroit, notamment par la généralisation de la télévision dans les ménages et la médiatisation des applications civiles de l’énergie nucléaire. Les nouvelles technologies des loisirs sont également développées à travers des partenariats à l’échelle mondiale (États-Unis et Corée du Sud notamment) accompagnés par les journées internationales du film d’animation d’Annecy depuis 1960.

Si l’on a pu parler de « miracle » économique haut-savoyard durant ces années, c’est avant tout pour souligner le contraste avec la situation d’Avant-Guerre et le développement inédit de l’ensemble des secteurs de cette économie. Le département, mieux desservi par de nouvelles infrastructures (aéroport de Meythet, tunnel du Mont-Blanc…), se veut dès lors une terre de haute technicité.