13 - Modernisation industrielle et diversification des synergies productrices 2010

Depuis la période de grandes difficultés des années 1970-1980, l'industrie traditionnelle a largement reculé en Europe occidentale. La Haute-Savoie connaît au contraire un essor industriel continu jusque dans les années 2000. Le tissu industriel dense de la vallée de l'Arve et du bassin annécien fait figure d'exemple et le taux d'actifs industriels reste bien supérieur à la moyenne nationale. La forte dépendance des entreprises de décolletage vis-à-vis de quelques clients importants (notamment les constructeurs automobiles) fragilise cependant leur activité. La crise financière puis celle de l'économie réelle dès l'été 2008 provoque une chute brutale des commandes et de l'utilisation des outils de production. L'augmentation du chômage est impressionnante mais reste gonflée par des chiffres de départ assez faibles. Les entreprises industrielles aux débouchés plus diversifiés (société agro-alimentaires Entremont, société de matériel de bureau Pilot&) sont plus épargnées, tandis que différents partenaires promeuvent un secteur de pointe : la mécatronique.

Alliant mécanique, électronique et informatique, elle permet la reconversion d'une partie des entreprises industrielles (Somfy, Profalux, G. Cartier Technologies&) et participe au succès du pôle de compétitivité « Arve-Industries » créé en 2006, auquel concourt activement l'Université de Savoie. Ce « virage technologique » suppose des changements profonds dans l'organisation de la production et l'intégration des nouvelles technologies et fait de la Haute-Savoie un chef de file du secteur. La mécatronique est un vecteur de collaboration des acteurs industriels, scientifiques et universitaires. Le technopôle d'Archamps partage ces ambitions. 

Ce site, né en 1991 de l'esprit transfrontalier, concentre activités industrielles de pointe, structures d'enseignement supérieur et entreprises tertiaires (siège social de Tomy France notamment). La filière des biotechnologies, encore modeste en France, s'est particulièrement développée avec l'encouragement des pouvoirs publics. Ce domaine innovant fait appel aux ressources du vivant (cellules, protéines&) et propose des applications aussi bien dans la santé que dans l'alimentation et l'agriculture. La Haute-Savoie, grâce au dynamisme du secteur médical au niveau régional, se veut en tête de la branche biotechnologique. En 2001 est créé sur ce technopôle le « Biopark » qui regroupe des laboratoires suisses et français spécialisés dans les recherches sur le vieillissement et le bien-être. En termes de recherche fondamentale et appliquée, le laboratoire universitaire de physique des particules d'Annecy-le-Vieux (LAPP), en collaboration avec le CERN, fait figure d'exemple.

Ces activités de pointe sont particulièrement promues par l'Agence économique départementale qui veut ainsi favoriser la spécialisation, la compétitivité et la croissance. Le pôle d' Archamps développe une vraie complémentarité avec Genève tout en participant à un meilleur équilibre du territoire. Cette modernisation industrielle et tertiaire permet d'accroître la valeur ajoutée des biens et des services produits tout en évitant, via la diversification des débouchés, d'être trop durement touché par la crise économique contemporaine.