Votre recherche


Fonds de l'entreprise Anthoine Émile et ses fils

Déplier tout
Classer dans : Non classé
Sommaire

Auteur : par Céline Chéry ; sous la direction d'Hélène Maurin, directrice des Archives départementales de la Haute-Savoie

 

Sous-titres : Répertoire numérique détaillé 193 J

 

Description du profil :
Nom de l'encodeur : Instrument de recherche produit au moyen du logiciel Arkhéïa Aide au classement de la société Anaphore sarl, version 8-2.9 du mardi 6 décembre 2016. Date de l'export : lundi 19 mars 2018 (17:13 h)
Langue : Instrument de recherche rédigé en français.
Règles de description : Cet instrument de recherche a été élaboré conformément aux recommandations de la norme ISAD(G) : norme générale et internationale de description archivistique (seconde édition) et de la DTD EAD 2002 (deuxième version). L'indexation a été réalisée d'après la note d'information DITN/RES/2007/008 relative à la normalisation des descripteurs et le Thésaurus pour la description et l'indexation des archives locales anciennes, modernes et contemporaines. Conformément à l'usage, la présence d'un astérisque sur certaines cotes signifie que le document est relié. Tous les sigles ont été développés à l'exception de ceux pour lesquels la signification n' a pas pu être retrouvée.

Description physique :
Genre/Carac. phys. : Document d'archives 150
7,05 ml

Organisme : Les Archives départementales de la Haute-Savoie sont responsables de l'accès des archives.


Biographie ou histoire :
La famille Anthoine, selon ses descendants, serait originaire de Morillon et aurait acquis des terres après la Révolution à Magland (Haute-Savoie). Claude Marie Anthoine (1801-1862), les cède ensuite à son fils Claude « Joseph » Anthoine (1828-1905) qui aurait, toujours selon la tradition familiale, implanté son activité d'horloger à Magland en 1848. En 1898, il vend à son fils, Joseph « Émile » Anthoine (1863-1936), également horloger, tous les immeubles et droits immobiliers qu'il possède sur Magland. Émile Anthoine se marie en 1888 avec Marie Lydie Fontaine (1863-1902), fille d'horloger, et de cette union naissent quatre garçons et une fille. Devenu veuf, il convole de nouveau en 1905 à La Roche-sur-Foron avec Marie Mellodie Grosset Janin, avec qui il a quatre enfants. Il aurait construit une première usine à Magland en 1908 puis en acquiert une autre dans la même ville en 1912. Il délaisse ainsi l'horlogerie artisanale et se lance dans le décolletage industriel. En 1913, l'acte de naissance de l'un de ses petits-fils le désigne comme étant tourneur sur métaux et non plus horloger. Durant la Première Guerre mondiale l'entreprise prospère mais Émile Anthoine perd son deuxième fils, Louis "François" (1891-1914). L'année 1917 marque un tournant : la Société Anthoine Émile et ses fils est fondée le 30 novembre 1917 entre Émile Anthoine, son fils aîné Claudius « Jean » Joseph (1889-1949) et son troisième fils Louis Philippe (1895-1964). L'entreprise achète un terrain le 29 décembre à Sallanches près de la gare, où une autre usine est bâtie l'année suivante par l'architecte genevois Maurice Braillard et achevée en 1919. Cette usine de décolletage devient l'une des plus importantes du Faucigny. À la même date est acquise une usine hydraulique à Saint-Roch (commune fusionnée avec celle de Sallanches en 1972) dont l'autorisation préfectorale d'exploitation est obtenue en 1919. Par acte notarié du 11 mars 1923, le quatrième fils, Michel Édouard (né en 1897), devient associé. L'entreprise est transformée en société à responsabilité limitée et prend le nom d'Établissements Anthoine Émile et ses fils par un acte sous seing privé du 15 novembre 1927. En 1937, Jean Anthoine laisse la direction de l'entreprise, qu'il détenait depuis de nombreuses années, à son frère Louis Philippe et l'usine de Saint-Roch est vendue. Une école d'apprentissage est mise en place à l'usine de Sallanches dès octobre 1942. Cette dernière est modifiée et agrandie à de nombreuses reprises, notamment en 1958 et 1965. Face à de nombreuses difficultés, les Établissement Anthoine Émile et ses fils déposent le bilan en 1984. L'usine de Sallanches est vendue, puis démolie en 2008 pour faire place à des logements. Celle de Magland est rachetée par des membres de la famille Anthoine, et une partie du personnel est repris. Ainsi le site de Magland continue de fonctionner sous la raison sociale de Société Nouvelle Anthoine Émile, Magland. En 2008 cette dernière fête le centenaire de la construction de l'usine. Elle est finalement vendue en 2014 à une entreprise extérieure, Mont-Blanc Usinage, mettant fin à plus d'un siècle de gestion familiale.


Historique de la conservation :
Le fonds Anthoine Émile et ses fils entre aux Archives départementales de la Haute-Savoie en 2014. Il était conservé jusqu'à cette date par les descendants d'Émile Anthoine.


Informations sur les modalités d'entrée :
Don, 2014.


Présentation du contenu :
Ce fonds est constitué d'archives de l'entreprise familiale de décolletage Anthoine Émile et ses fils, qui était basée à Magland et à Sallanches avec des bureaux à Paris. Il s'échelonne de 1914 à 1984, avec de nombreuses lacunes suivant les typologies et les années. La période 1914-1916, où l'entreprise n'est pas semble-t-il pas encore juridiquement fondée, est extrêmement peu représentée. Les archives conservées sont principalement celles de l'entreprise, connue sous les dénominations de Société Anthoine Émile et ses fils puis Établissements Anthoine Émile et ses fils, de sa création officielle en 1917 à sa dissolution en 1984. Le changement de nom, passant de Société à Établissements, et de statut en 1927 n'entraîne pas de rupture.
Le fonds est essentiellement constitué de documents comptables et de gestion du personnel. Du point de vue technique, les nombreux carnets de commande, contenant des plans calques des pièces métalliques produites, présentent un intérêt important. La Seconde Guerre mondiale et ses effets sont également visibles : restrictions d'électricité, personnel classé en affectation spéciale, déplacements professionnels en Suisse contrôlés etc. Les documents concernant la constitution et la vie de l'entreprise sont rares. Des copies de comptes rendus d'assemblée générale se trouvent néanmoins ponctuellement en pièces annexes des déclarations d'impôts. Le fonds ne permet pas un suivi exhaustif de l'activité de l'entreprise jusqu'en 1984 en raison de nombreuses lacunes à partir des années 1950. Nous pouvons regretter l'absence de documents antérieurs à 1914 qui auraient permis d'appréhender le glissement de l'horlogerie artisanale au décolletage industriel.
L'industrie du décolletage ayant profondément marqué la Haute-Savoie, un tel fonds, même incomplet, est une source riche pour l'histoire économique du département.


Informations sur l'évaluation :
Deux brouillards de caisse, des doubles de documents et des feuilles d'écritures manuscrites contenues dans les registres de comptabilité ont été éliminés. Il a été décidé d'échantillonner les nombreuses fiches de pointage du personnel de l'usine de Sallanches (1963-1974) qui présentaient l'unique intérêt de renseigner les noms et prénoms des salariés. Les documents éliminés représentent 0.40 ml.


Mode de classement :
Les documents étant entrés à l'état de vrac, le classement a suivi les préconisations du guide "Les archives privées" publié par la Direction des Archives de France, actuellement Service interministériel des Archives de France (SIAF), adaptées aux spécificités du fonds.


Statut juridique :
Archives privées
Communicabilité :
Communicable.


Conditions d'utilisation :
La reproduction des documents est soumise à l'autorisation des Archives départementales de la Haute-Savoie. En cas de reproduction d'une ou plusieurs pièces, il conviendra de faire apparaître le nom du service dépositaire et la cote du ou des document(s).


Sources complémentaires :
Sources internes :
Autres fonds privés d'entreprises de décolletage :
70 J César Anthoine
93 J Fabrique de décolletage Dancet
Fonds privé conservant des documents en lien avec l'entreprise Anthoine Émile et ses fils :
86 Fi 135 Carte postale de l'usine de Sallanches
86 Fi 352 Carte postale publicitaire de l'usine de Sallanches
Fonds publics conservant des documents en lien avec l'entreprise Anthoine Émile et ses fils (liste non exhaustive) :
5 M 19 Déclaration d'ouverture d'un réservoir souterrain d'essence à Sallanches (1926)
10 M 41 Grève des décolleteurs à l'usine de Magland (1924)
3 Q 7596 Succession d'Émile Anthoine (1936)
4 Q 4930 Transcription de la vente des biens de Joseph Anthoine à son fils Émile Anthoine (3 octobre 1898)
4 U 11/129 Acte de société par lequel Michel Édouard Anthoine devient associé (11 mars 1923)
4 U 11/130 Acte sous seing privé qui prolonge la durée de la société jusqu'au 31 décembre 1937 et porte le capital social à un million de francs (10 octobre 1927)
Acte sous seing privé qui transforme l'entreprise en société à responsabilité limitée et lui fait prendre le nom d'Établissements Anthoine Émile et ses fils (15 novembre 1927)
5 W 22 Emploi obligatoire des mutilés de guerre aux usines de Sallanches et de Magland : états nominatifs (1941-1942)
12 W 47 Enquêtes sur le personnel et l'activité des entreprises : documents saisis au bureau de placement allemand (1944)
12 W 48 Industries et commerces. - Travaux de la Commission mixte franco-allemande suite aux enquêtes : visites d'entreprises classées par secteurs d'activité, liste (octobre 1943-mars 1944)
12 W 49 Industries et commerces. - Entreprises classées prioritaires, essentielles et préférentielles travaillant pour les autorités d'occupation, pour Rustung-Betrieb et l'organisation Todt : instructions, listes, correspondance (mai 1943-mai 1944), états du personnel en poste (septembre 1943-janvier 1944), mutations d'office (février 1943-août 1944)
23 W 15 Entreprises bénéficiant d'une protection soit au titre français (prioritaires), soit au titre allemand (préférentielles) et leur personnel classé « ouvriers-clés » : états nominatifs (septembre 1943-mars 1944)
Actes notariés concernant des membres de la famille Anthoine (liste non exhaustive) :
2 E 12831 Testament de Claude Marie Anthoine (19 octobre 1862)
2 E 12837 Quittance à Joseph Anthoine (22 janvier 1868)
2 E 14413 Quittance par Catherine Granger, épouse de Joseph Anthoine (1er décembre 1862)
2 E 15447 Acquisition par Émile Anthoine d'une usine hydraulique à Magland (11 avril 1912)
2 E 15450 Création de la Société Anthoine Émile et ses fils (30 novembre 1917)
Dépôt pour minute de plusieurs documents relatifs à la création de la société (29 décembre 1917)
Acquisition par la société d'un bâtiment à usage de scierie actionné par une force hydraulique à Saint-Roch et d'un terrain à Sallanches près de la gare (29 décembre 1917)
2 E 15455 Acte modificatif par lequel Michel Édouard Anthoine devient associé (11 mars 1923)
2 E 18201 Testament d'Émile Anthoine (25 avril 1935)
Fiches matricules de certains membres de la famille Anthoine (consultables sur le site internet des Archives départementales de la Haute-Savoie pour les classes antérieures à 1922)
1 R 780 Claudius Jean Joseph Anthoine (matricule 405)
1 R 794 Louis François Anthoine (matricule 1433)
1 R 816 Louis Philippe Anthoine (matricule 254)
1 R 830 Michel Édouard Anthoine (matricule 1455)
1 R 909 Émile Olivier Anthoine (matricule 873)
1 R 921 René Jean Anthoine (matricule 362)
1 R 936 Louis Gaspard Anthoine (matricule 1829)
1 R 942 Roger Stéphane Anthoine (matricule 1637)
1 R 957 Jean Francis Anthoine (matricule 983)
1 R 967 Albert Émile Anthoine (matricule 1290)
Sources externes :
Archives nationales :
Commerce et industrie. Fonds divers (1940-vers 1960). Haute-Savoie. Anthoine, Émile, et ses fils (établissements), Sallanches, extension et modernisation, 1958, inventaire F/12/11511 disponible sur https://francearchives.fr/facomponent/329030b292ab59eba2560a3c87889d5d80be9d50
Fondation Braillard à Genève
Construction de l'usine de Sallanches : documents graphiques et argentiques.
Mémoire des hommes
Fiche individuelle de François Anthoine, mort pour la France durant la Première Guerre mondiale disponible sur http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php?arko=YToxMDp7czoxMDoidHlwZV9mb25kcyI7czoxMzoic3BlY2lmX2NsaWVudCI7czoxMDoic3BlY2lmX2ZjdCI7czoyMzoiQXJrTURIVmlzaW9ubmV1c2VJbWFnZXMiO3M6MTg6InNwZWNpZl9uYXZfcGFyX2xvdCI7czoyMjoiQXJrTURITmF2aWdhdGlvblBhckxvdCI7czoxMzoibWRoX2ZvbmRzX2NsZSI7aToxO3M6NDoicmVmMiI7czo1OiIyOTE2NiI7czoxMjoiaWRfYXJrX2ZpY2hlIjtzOjU6IjI5MTY2IjtzOjk6InB5cmFtaWRhbCI7YjowO3M6MTI6ImltYWdlX2RlcGFydCI7aTowO3M6MTY6InZpc2lvbm5ldXNlX2h0bWwiO2I6MTtzOjIxOiJ2aXNpb25uZXVzZV9odG1sX21vZGUiO3M6NDoicHJvZCI7fQ==#uielem_move=664.5999755859375%2C73&uielem_islocked=0&uielem_zoom=32&uielem_brightness=0&uielem_contrast=0&uielem_isinverted=0&uielem_rotate=F


Bibliographie :
Les cotes entre crochets sont celles des Archives départementales de la Haute-Savoie.
Histoire de l'horlogerie et du décolletage (ordre alphabétique) :
ARMAND, J. L'évolution d'une industrie mécanique en Haute-Savoie : le décolletage. 1956. 24 p. Mémoire de stage. [F 438]
BORREL, Y. et DUPRAZ, P. C'était hier Sallanches, cent-dix ans d'images d'autrefois. 2000, pp. 51-52. [Bib 6554]
FAÏTA, C. De l'horlogerie au décolletage : quelques aspects de l'évolution des entreprises, des techniques et de la vie des travailleurs. 198(?). 117 p. Travail d'études de recherches, Université de Chambéry. [F 538]
FAÏTA, M. Joseph, François Marie-Péronne, Horlogers savoyards : de l'horlogerie à la naissance du décolletage en Savoie. 1990, 219 p. [Bib 4852]
GUICHONNET, P. "Une originale concentration industrielle : le décolletage et l'horlogerie en Haute-Savoie ", in Le Globe, 1961, n° 101, pp. 23-63. [Per 1472]
SYNDICAT NATIONAL DU DÉCOLLETAGE, « Le décolletage », documentation sur l'industrie du décolletage envoyée par le directeur du Syndicat national du décolletage, section de la Haute-Savoie, 23 décembre 1985. [DOC 1293]
Entreprise Anthoine Émile et ses fils (ordre alphabétique) :
Ouvrages :
BRUSSON, JP. « À propos d'un bâtiment industriel à Sallanches », bulletin de l'ESPI, étude et sauvegarde du patrimoine industriel, 1987, n° 3, 16 p. [Br 6220]
CANOVA, M. « Histoire industrielle : la famille Anthoine aura marqué la commune », in Le Messager – Faucigny, 28 août 2008, p. 18.
DESGRANGES, A. L'évolution d'une petite entreprise de décolletage dans la première décennie du XXe siècle : l'exemple de l'usine Anthoine à Magland. 2009. 21 p. Travail de Licence 3, Université de Grenoble [cédérom].
DESGRANGES, A. Les établissements Anthoine, une entreprise de décolletage pendant la Seconde Guerre mondiale, entre crises et prospérité. 2010, 115 p. Mémoire de Master 1 Sociétés et économies des mondes modernes et contemporains, Université de Grenoble [support papier et cédérom]. Les cédéroms, en plus de contenir la version numérique des travaux universitaires, comprennent également des annexes : photographies de documents du fonds de l'entreprise Anthoine Émile et ses fils et d'autres documents conservés aux Archives départementales de la Haute-Savoie, travaux réalisés sous Excel.
GARNIER, C. « Entretien avec Albert Anthoine, président du Syndicat national du décolletage (6 octobre 1967) » in Le Progrès de la Haute-Savoie, 1967. [DOC 1546]
Études en ligne :
HALITIM-DUBOIS, N. « Usine Anthoine Émile et ses fils actuellement Sté M.B.A. décolletage », disponible sur https://patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/usine-de-decolletage-anthoine-emile-et-ses-fils-actuellement-ste-mba-decolletage/6537d8b0-608e-4100-98a8-7f6f3772ef77
Il s'agit d'un dossier portant sur l'usine de Sallanches, effectué en 2005 par le service de l'Inventaire général de la région Rhône-Alpes qui étudie le patrimoine industriel.
MEYRAN, J. « Mont-Blanc Usinage rachète la SNAEM », in Le Messager, 17 décembre 2014, disponible sur http://www.lemessager.fr/DECOLLETAGE/Echos_Vallee_de_l_Arves/2014/12/17/article_messager_1847874.shtml
Cet article traite de l'achat par Mont-Blanc Usinage en 2014 de la Société Nouvelle Anthoine Émile, Magland.
« Évolution récente de la patrimonialisation », 22 août 2015, disponible sur
https://mirmandepatrimoines.wordpress.com/2015/08/22/evolution-recente-de-la-patrimonialisation-vi/
Cet article présente un historique, des photographies et des documents relatifs à l'entreprise Anthoine Émile et ses fils. En l'absence de sources citées les informations sont à prendre avec précaution. Il semble que l'auteur de cet article se soit inspiré du dossier effectué par la région Rhône-Alpes en 2005.


Mots-clés matière : décolletage ; industrie
Mots-clé lieu : Magland (Haute-Savoie, France) ; Sallanches (Haute-Savoie, France)
: Anthoine (famille)
Mots-clés Collectivité : Entreprise Anthoine Émile et ses fils
Répertoire numérique détaillé 193 J