Votre recherche


230 J - Fonds des familles Béné-Ruphy (1449-1887)

Déplier tout
Classer dans : Non classé
Sommaire

Auteur : par Yoann Guillet ; sous la direction d'Hélène Maurin, directrice des Archives départementales de la Haute-Savoie

 

Sous-titres : Répertoire numérique

 

Description du profil :
Nom de l'encodeur : Instrument de recherche produit au moyen du logiciel Arkhéïa Aide au classement de la société Anaphore sarl, version 8-2.9 du mardi 6 décembre 2016. Date de l'export : mercredi 9 janvier 2019 (08:14 h)
Langue : Instrument de recherche rédigé en Français.
Règles de description : Cet instrument de recherche a été élaboré conformément aux recommandations de la norme ISAD(G) : norme générale et internationale de description archivistique (seconde édition) et de la DTD EAD 2002 (deuxième version). L'indexation a été réalisée d'après la note d'information DITN/RES/2007/008 relative à la normalisation des descripteurs et le Thésaurus pour la description et l'indexation des archives locales anciennes, modernes et contemporaines. Tous les sigles ont été développés à l'exception de ceux pour lesquels la signification n' a pas pu être retrouvée.

Description physique :
Genre/Carac. phys. : Document d'archives 120
2,10 ml

Langue des unités documentaires : Latin et français.
Organisme : Les Archives départementales de la Haute-Savoie sont responsables de l'accès des archives.

Producteur des archives
Béné (famille)


Biographie ou histoire :
Originaire de Saint-Jeoire, la famille Béné se distingue par la notabilité de ses membres. Ils remplirent, parfois cumulèrent, de nombreuses fonctions comme celles de syndics, rénovateurs d'extentes, fermiers des bancs à sel, châtelains ou hommes d'affaires des nobles de la Fléchère... Mais l'origine de leur ascension sociale, ils la doivent à l'exercice de la charge de notaire.
Tenant les rênes de la vie locale, la famille bénéficie en outre d'une excellente réputation dans le duché : selon Jean Nicolas « la dte famille n'a jamais été bien riche, ni bien pauvre mais a toujours vecu dans une certaine aisance, et une honnête mediocrite, et par contre a toujours joui d'une estime generale et non seulement dans la susdte commune mais encore dans tous les environs ».
Les premiers individus de la lignée identifiés à Saint-Jeoire sont qualifiés de bourgeois dès le XVI
e
siècle. Il faut toutefois attendre le siècle suivant pour voir Jean et Nicolas Béné faire profession de notaire. Un minutier de 1524 est toutefois attribué à un membre de la famille, sans qu'il soit clairement identifié (
2 E 9175
). Jean et Nicolas transmirent cette charge à leurs descendants jusqu'au XIX
e
siècle. L'exercice de cette éminente tâche leur permit d'accéder à des fonctions officielles.
Signe de leur notabilité, les Béné disposent au XVIII
e
siècle, du droit de sépulture dans l'église paroissiale de Saint-Jeoire, alors réservé aux familles illustres du lieu, à l'instar des seigneurs de Saint-Jeoire et des nobles de la Fléchère (
E DEPOT 241/GG 13
).
François Béné occupa les fonctions de commis au banc à sel de Saint-Jeoire et de fermier de l'abbaye de Sixt. Son héritier direct, Joseph-Marie Béné fut syndic, curial du comté de Saint-Jeoire, châtelain de La Tour et également fermier de l'abbaye de Sixt. Son fils, Pierre-François, fut maire de 1801 à 1814. Il revient peut-être au frère de ce dernier, François-Joseph Béné († vers 1798), d'avoir détenu la plus haute dignité administrative en étant intendant au bureau des Affaires internes à Turin.
Tout en jouant un rôle actif dans la vie administrative de la province du Faucigny, la famille Béné offrit aussi à l'Église de nombreux membres. François Béné fut ainsi curé de Saint-André, et ses neveux, prénommés Joseph-Marie et Claude-Noël, respectivement curés de Fillinges et de Mégevette.
L'armée put aussi compter parmi ses officiers un membre de la famille Béné. Georges Béné, fils de Joseph-Marie Béné, commanda dans le très réputé Régiment de Savoie.
Au XIX
e
siècle, une alliance fut nouée avec la famille Ruphy. Scipion Ruphy, célèbre avocat au sénat d'Annecy, s'unit alors avec Marie Aspasie, fille adoptive de l'officier Béné.


Historique de la conservation :
Les archives ont été conservées dans une maison bourgeoise de Saint-Jeoire, appelée clos Ruphy, qui fut la résidence historique de la famille Béné. Il s'agit d'une ancienne demeure du XVIII
e
siècle, portant le nom d'un célèbre avocat au sénat d'Annecy, Scipion Ruphy, qui en est devenu propriétaire en 1833 suite à son mariage avec Marie-Aspasie Béné. Une de leurs filles, Aline Ruphy, épouse de Francisque Frèrejean, hérita de la résidence, avant que celle-ci ne fut vendue par sa fille, Yvonne-Pierrette Frèrejean, épouse du baron Gabriel de Dianous de La Perrotine, à la commune de Saint-Jeoire en 1973.
Suite à cette acquisition, il fut retrouvé un lot de vieux papiers : à l'initiative de Georges Béné, professeur de physique expérimentale aux Universités de Genève et de Grenoble, conseiller municipal à Saint-Jeoire pendant 12 ans, le fonds fut déposé aux archives communales et demeura à la mairie jusqu'à son entrée aux Archives départementales.


Informations sur les modalités d'entrée :
Le fonds a été déposé par la commune de Saint-Jeoire en 2018.


Présentation du contenu :
Ce répertoire détaillé décrit le fonds d'archives des familles « Béné-Ruphy ». Présentant les caractéristiques traditionnelles d'un fonds de famille, il est pour l'essentiel composé de titres personnels, de documents domaniaux et de procédures.
Les membres de la famille Béné ayant occupé des fonctions officielles à Saint-Jeoire et dans les environs, il n'est pas étonnant que le fonds soit constitué en outre de papiers de fonction. Parmi ceux-ci, les minutes des notaires Béné, archives publiques, ont fait l'objet d'un versement aux Archives départementales en 1988 et couvrent une période remarquable allant de 1524 à 1659 (2 E 9175-9206).
Ce fonds retrace le parcours pluriséculaire d'une famille qui contribua à la vie institutionnelle, religieuse, économique, sociale et familiale de l'ancienne province du Faucigny. L'intérêt de ce fonds dépasse le strict périmètre de la famille Béné et de son berceau de Saint-Jeoire.


Informations sur l'évaluation :
Le fonds n'a fait l'objet d'aucun tri et élimination.


Mode de classement :
Le plan de classement reflète la composition et l'ordonnancement du fonds lors de sa collecte. La structure originelle du fonds n'ayant pas été retrouvée et ne pouvant être reconstituée, il s'est avéré opportun d'adopter le plan de classement prescrit par la circulaire AD 54-16 du 29 juin 1954, repris et complété par le
Manuel d'archivistique
de 1970, mais en raison de la nature des documents, il a fallu y apporter quelques adaptations.
Le présent instrument de recherche s'organise ainsi en quatre parties. La première partie regroupe les titres personnels des membres de la famille Béné. La seconde partie réunit les archives personnelles des familles alliées. La troisième partie rassemble les documents sans lien apparent avec les deux premiers ensembles. Enfin, la bibliothèque constituée par les membres Béné clôture cet inventaire.
Au sein de chaque famille, les documents ont été classés par génération, puis par individu. Les épouses « Béné » sont rattachées à leur mari, même si une affaire est traitée après le décès du conjoint. Par ailleurs, les papiers dont l'identité du producteur n'a pu être déterminée avec certitude sont reportés dans la rubrique « Membres ou individus non identifiés ».
Eu égard à la faible volumétrie des documents, et à la répartition géographique limitée des biens autour de Saint-Jeoire, nous avons pris le parti de rattacher les archives domaniales à l'individu auquel elles se rapportent.
Le classement des papiers de fonction suit les principales étapes de la carrière de l'individu, selon un ordre chronologique. Ces papiers ont été rassemblés avec les archives personnelles de l'individu auquel ils se réfèrent mais clairement distingués de celles-ci. Le maintien des papiers provenant de l'exercice des fonctions officielles occupées par les membres de la famille Béné se justifie par le souci d'éviter le morcellement du fonds et de conserver l'unité intellectuelle et historique du fonds. En conséquence, il conviendra aux chercheurs de se reporter aux archives communales de Saint-Jeoire, cotées en
E DEPOT 241
, ceci afin de documenter le plus exhaustivement possible l'action publique des Béné dans l'administration locale.
Enfin, un minutier attribué à Guillaume Dussaix, notaire à Saint-Jeoire entre 1582-1592, a également été recoté en
2 E 19561
.


Statut juridique :
Archives de statut juridique mixte
Communicabilité :
En l'absence de condition spécifique fixée par le déposant lors de la rédaction du contrat de cession, les conditions de communication des archives sont identiques à celles des archives publiques, fixées aux articles L. 213-1 et L. 213-2 du Code du Patrimoine.


Conditions d'utilisation :
La réutilisation d'archives exige que les informations ne soient pas altérées, que leur sens ne soit pas dénaturé et que leurs sources soient mentionnées. En vertu du Code la propriété intellectuelle, la reproduction ou représentation d'une œuvre de l'esprit est autorisée sous réserve d'en indiquer clairement le nom de l'auteur. Si sur le document réutilisé figure une personne identifiable, il convient d'obtenir son autorisation avant toute diffusion. Cette obligation disparait avec le décès de la personne concernée.


Autre instrument de recherche :
Lien vers la version pdf du répertoire et des annexes.
Liens :


Sources complémentaires :
Sources internes :
Archives publiques
Archives antérieures à 1792
Série H : clergé régulier
Sous-série 4 H : abbaye de Sixt (milieu XII
e
siècle-1875)
Le fonds étant entièrement numérisé, les images des articles suivants sont librement consultables sur le site internet des Archives départementales.
4 H 81
: cession par François-Marie fils de feu Pierre-François Cherdon, notaire royal, natif et habitant du bourg de Saint-Jeoire en qualité d'héritier de demoiselle Marie-Françoise Béné par acte du 2 février 1787 en faveur des prieur et chanoines de l'abbaye de Sixt (23 septembre 1791).
4 H 88
: quittance des lods par Béné, notaire et ancien fermier de l'abbaye, aux chanoines pour les biens qu'ils ont vendus à Michel Ruin le 22 avril (23 avril 1691).
4 H 242
: admodiation par François Béné, notaire de Saint-Jeoire, fermier des revenus de l'abbaye de Sixt à Michel Ruin et à Joseph Bosson (17 mai 1690-28 décembre 1691).
4 H 249
: sous-accensement par Claude-Louis, fils de feu François Estivent, prieur et procureur des chanoines, natif d'Annecy, à Joseph-Marie Béné, notaire collégié, natif et habitant de Saint-Jeoire, pour le fief de Bonnatraix et la cure et ce qui dépend de l'abbaye rière la paroisse de La Tour, Saint-Jean-de-Tholome, Viuz-en-Sallaz, Peillonnex (29 juin 1751).
Archives déposées par les communes
E DEPOT 241
: archives communales de Saint-Jeoire
Archives privées
Sous-série 1 J : fonds d'archives privées sur les châteaux, familles ou personnalités du département
1 J 280
: constitution de rente des familles Béné de Magland et Lydret d'Arâches (16 septembre 1771).
1 J 1130
: testament d'honorable Claude Béné, du village de Sounaz à Saint-Jeoire-en-Faucigny (31 juillet 1684).
1 J 1773
: conventions entre Marie-Anne Danthon, veuve de Claude-Joseph de La Fléchère et Ne Joseph-Marie de La Faverge de Cormand d'une part, et Joseph-Marie Bené d'autre part (31 décembre 1734).
1 J 2207
: registre de reconnaissances concernant Bene, Chamot, Chevrier, Danthon, Foulat, Georges, Girod, Larpin, [Laura], Mugnal, Nycouz, Pacthod, Panisset, Pepin, Pollier, Rophillie, tous habitants de Saint-Jeoire [XVII
e
siècle].
1 J 2821
: M. Delaflachère, de Chambéry : lettre de vœux à M. Béné, notaire à Bonneville (1825).
1 J 3192
: Famille Béné, de Saint-Jeoire : livret militaire de Théophile Béné, lettre de la Croix-Rouge française sur les circonstances du décès d'Édouard Béné à l'hôpital temporaire de Sarreguemines, diplôme de "mort pour la patrie" d'Édouard Béné, historique du 360e régiment d'infanterie publié dans les années 1920, livret d'allocations d'ascendants de militaires en faveur de Mme veuve Béné (1914-1931).
1 J 3237
: obligation pour Jean Foncet contre Aimé Carrier et Pierre Béné (7 mai 1696).
1 J 3244
: Clauda Guon, de Marignier : obligation pour Pierre Bené, de Saint-Jeoire (3 janvier et 21 novembre 1646).
1 J 3246
: Humbert Louys, de Cormand (Saint-Jeoire) : obligation en faveur de Pierre Béné (3 septembre 1640).
Sous-série 11 J : fonds d'archives de la famille de Garbillon-Despine
11 J 95
: papiers d'Antoine Garbillon, actions en justice et procédures (an XIII-1812).
Sous-série 43 J : fonds d'archives de la famille de Gerbais de Sonnaz d'Habères
43 J 802
: correspondants divers : Me Bené, notaire à Saint-Jeoire (1819-1824).
43 J 1897
: Pierre Favre-Déré, fils de Pierre. Transaction avec Me Jacques Béné, de Bonnevaux, notaire, et acquis (1679-1693).
L'action de la famille Béné à Saint-Jeoire pourra être également reconstituée à partir du fonds seigneurial de Saint-Jeoire (
234 J
, en cours de classement).
Archives des notaires
2 E 9175
: minutier de Me Béné, notaire à Saint-Jeoire (1524).
2 E 9176-9206
: minutiers de Me Béné, notaire à Saint-Jeoire (1618-1658).
Il faut probablement attribuer ces minutiers à Me Nicolas Béné, frère Jean Béné (voir ci-dessous).
2 E 9207-9226
: minutiers de Me Jean Béné (1661-1687).
2 E 9227-9270
: minutiers de Me François Béné (1682-1737).
2 E 13405-13407, 18733-18740
: minutiers de Me Joseph-Marie Béné (1736-1769).
2 E 7940, 13460-13468
: minutiers de Me Pierre-François Béné (1774-1823).
Sources externes :
Archives communales de Saint-Jeoire
Répertoire consultable sous la référence
IR 527
.
Archives communales de La Tour
Répertoire du Centre de gestion disponible en salle de lecture des Archives départementales.
Archives communales de Mieussy
Aucun répertoire normalisé


Bibliographie :
Les cotes entre crochets renvoient aux ouvrages conservés dans la bibliothèque des Archives départementales de la Haute-Savoie. L'histoire de la famille Béné n'ayant guère éveillé la curiosité des historiens ou des érudits locaux, reste à écrire. On s'orientera vers les références suivantes.
BAUD, Henri et MARIOTTE, Jean-Yves.
Histoire des communes savoyardes, tome II Le Faucigny
, Edition Horvath, 1980 [US 257].
BENE, Georges,
Saint-Jeoire en Faucigny. Un village de Haute-Savoie de son origine à nos jours
, Saint-Jeoire, Ville de Saint-Jeoire, 2001 [BIB 5762].


Mots-clé lieu : Saint-Jeoire (Haute-Savoie, France)
: Béné (famille)
Répertoire numérique