Votre recherche


Inventaire des archives communales déposées de Thônes (1295-1884)

Déplier tout
Classer dans : Non classé
Sommaire

Auteur : par Clara GERMANN et Yoann GUILLET ; sous la direction d'Hélène Maurin, directrice des Archives départementales

 

Sous-titres : Répertoire numérique détaillé

 

Description du profil :
Nom de l'encodeur : Instrument de recherche produit au moyen du logiciel Arkhéïa Aide au classement de la société Anaphore sarl, version 8-2.9 du mardi 6 décembre 2016. Date de l'export : jeudi 23 mars 2017 (13:45 h)
Langue : Instrument de recherche rédigé en Cet instrument de recherche est rédigé en français.
Règles de description : Cet instrument de recherche a été élaboré conformément aux recommandations de la norme ISAD(G) : norme générale et internationale de description archivistique (seconde édition) et de la DTD EAD 2002 (deuxième version).

Description physique :
Genre/Carac. phys. : Document d'archives 461

Langue des unités documentaires : Français, latin, italien
Organisme : Les Archives départementales de la Haute-Savoie sont responsables de l'accès intellectuel des archives.


:
Le présent inventaire décrit le fonds d'archives de la ville de Thônes, rassemblant les privilèges et les titres de la communauté d'habitants, mais également des archives seigneuriales et familiales.
Ces archives sont entrées par voie de dépôt dans les années 1960. Elles couvrent une période remarquable pour un fonds communal, allant de la fin du XIII
e
siècle à la première moitié du XIX
e
siècle et représentent une volumétrie de 7 ml après traitement archivistique.
Au cœur du massif des Aravis, la ville de Thônes est située au confluent du Fier et du Nom. Elle se distingue par sa riche histoire et sa communauté d'habitants prospère, à laquelle les comtes de Genève octroient en 1350 une charte de franchise. La communauté, convoquée par le châtelain, désigne ses représentants, quatre prud'hommes ou syndics choisis annuellement parmi les bourgeois de la ville, lesquels, réunis périodiquement au son de la cloche dans la maison de ville, délibèrent des affaires communes. Des changements interviennent jusqu'au XVIII
e
siècle, portant essentiellement sur le nombre de syndics et leur durée d'exercice.
Implantée au sein de la seigneurie de la Val des Clefs, Thônes profite du déclin de la ville éponyme et du partage de celle-ci entre plusieurs co-seigneurs pour s'affirmer comme un lieu de carrefour commercial important, notamment grâce à son marché. Le document le plus ancien des archives communales est une sentence prononcée en 1295 par le juge du comte de Genève portant exemption de la levée des langues des bêtes abattues à Thônes ; l'exemption d'un tel droit seigneurial est une mention
a silentio
de la tenue d'un marché. En 1312, le comte Guillaume III concède à la ville la permission d'organiser un marché hebdomadaire chaque mercredi. Quelques années plus tard, la charte de franchises octroie aux bourgeois une nouvelle foire dont la date est fixée au dimanche après la Saint-Martin d'Hiver et la durée à deux jours. S'ajouteront une troisième foire à partir de 1546 et même une quatrième en 1740.
Dynamique économiquement, la ville apparaît également comme un centre administratif majeur dès le Moyen Âge. Elle est le siège d'une châtellenie, entité territoriale de base du comté de Genève, puis du comté de Savoie à partir de 1401, administrée par un agent comtal, le châtelain, exerçant des fonctions militaires, administratives, économiques et judiciaires. Ce système s'est maintenu jusque dans la seconde moitié du XVII
e
siècle. Dans le cadre d'une vague d'aliénations du domaine ducal décrétée par l'édit du 19 novembre 1680, le duc Victor-Amédée II inféode en 1681 à Joseph de Valpergue, chevalier à la Chambre des comptes, le mandement de Thônes avec l'ensemble de ses droits, et l'élève au rang de marquisat. Le marquis, nouvellement installé, entend rétablir les droits seigneuriaux tombés peu à peu en désuétude à Thônes. Son installation et son entreprise rencontrent rapidement l'hostilité de la communauté d'habitants. Les tensions vont croissantes, la cohabitation finit souvent en injures ou menaces, et aboutit à de longs et coûteux procès.
Parmi les grands chantiers entrepris par les syndics, le plus important est probablement la construction de l'église Saint-Maurice entre 1687 et 1700, dont l'achèvement n'est réellement effectif qu'avec la réalisation du retable du maître autel à la fin des années 1740.
Une léproserie est attestée dès 1333, et compte parmi les plus anciens établissements de ce type de l'actuel département de Haute-Savoie. Installée au hameau de Tronchine, la léproserie accueille les malades, notamment ceux atteints de la lèpre, les nécessiteux, les pèlerins, les vieillards, les infirmes et les incurables.
En 1411, un dénommé Jean Missillier, maréchal-ferrant originaire du Grand-Bornand, donne à la communauté d'habitants de Thônes et à la confrérie du Saint-Esprit sa maison située au centre de la ville, bientôt complétée par l'acquisition d'une habitation voisine, dans le but d'y établir un hospice. Vivant essentiellement de servis et de rentes, cet établissement, dont la chapelle est dédiée à saint Sébastien, est dirigé par un recteur qui rend ses comptes annuellement aux syndics. Dans la seconde moitié du XIX
e
siècle, la gestion de l'établissement est confiée à une commission composée du Maire, de deux membres élus par le Conseil municipal et de quatre membres nommés par le Préfet, et la direction est exercée par les sœurs de Saint-Joseph.
La ville possède plusieurs établissements d'enseignement à une époque reculée. En 1389, maître Amédée est ainsi qualifié de
rector scholarum Thoni
. La fondation d'un collège en 1670 par Révérend Jacques Avrillion impulse un nouvel élan à l'instruction de la jeunesse.
La ville n'est pas épargnée par les épidémies de peste, comme en témoigne une délibération du Conseil municipal de septembre 1571 prescrivant l'annulation de la foire de Thônes en raison des dangers de contagion. Les inondations, dévastant les rues de la ville, n'y sont pas rares, et obligent la communauté à entretenir régulièrement les ponts, les digues et les chemins. La ville subit aussi des incendies à l'image de celui qui l'a ravagée en 1453. Elle souffre enfin du passage des gens de guerre qui occasionnent d'importants frais, laissant la paroisse au bord de l'épuisement : en 1632, deux représentants sont élus afin d'obtenir une indemnisation des dépenses éprouvées pour le logement des troupes du seigneur de Châtillon.


Historique de la conservation :
Les lieux de conservation ne sont guère connus avant une période tardive à l'exception peut être de celui des archives de l'hôpital qui sont rassemblées en 1448 dans le chœur de la chapelle dudit établissement. La rédaction d'inventaires, dont le plus ancien remonte à 1547, témoigne de l'intérêt et du soin apportés par la communauté d'habitants à la bonne gestion de ses papiers. Pour autant qu'on puisse en juger, les titres ont été relativement bien préservés des vicissitudes du temps, et ce malgré un incendie, mentionné dans une délibération de 1784, qui a touché « les archives de la communauté renfermées dans une maison particulière ».
Une délibération de janvier 1786 signale ainsi un conseiller chargé de la garde des archives de la ville. En septembre de la même année, le Conseil de ville autorise l'ouverture par un serrurier du local des archives dont la clef était en possession du syndic qui en refusait la communication. Un mois plus tard (octobre 1786), une commission est donnée au substitut du procureur du Sénat afin de procéder à la rédaction d'un nouvel inventaire des archives de la ville, bientôt complété par celui des terriers en mars 1789. Les inventaires des archives révolutionnaires et modernes font l'objet de mises à jour régulières jusque dans les années 1840.
Vers 1895, le maire de Thônes communique à Max BRUCHET, archiviste départemental, les plus anciens registres de délibérations – couvrant la période 1562-1792 –, communication qui aboutit à la rédaction d'un inventaire très détaillé. Dans la première moitié du XX
e
siècle, le chanoine et érudit local François POCHAT-BARON accède au fonds communal pour se lancer dans son classement et dans une vaste entreprise de synthèse historique : l'ouvrage qu'il en a tiré, très documenté, atteste de la bonne conservation des titres et des papiers de la ville. En 1927, Robert AVEZOU note que les archives anciennes sont conservées dans une salle « isolée par une porte de fer, non classées encore mais commodément réparties et étiquetées ».
Certaines pièces ont malheureusement été perdues ou détruites dans les années 1960, suite au nettoyage des combles de la mairie. Un particulier a toutefois découvert fortuitement chez un ferrailleur des Clefs, des papiers intéressant l'histoire de Thônes, et plus particulièrement une charte de confirmation des franchises datant de 1464. Ces précieux documents ont été restitués à la ville, puis déposés au musée municipal où ils se trouvent encore.
Au même moment, intervient le dépôt des archives aux Archives départementales. Les documents médiévaux et modernes, qui devaient composer la série AA (actes constitutifs et politiques de la commune), sont demeurés à Thônes et sont désormais présentés au musée municipal. D'autres, comme les registres de délibérations de la période 1562-1858, ont été au préalable microfilmés, puis rendus à la commune entre 1986-1990. À l'exception de ce reliquat les archives antérieures à 1792 sont décrites dans le présent inventaire.


Informations sur les modalités d'entrée :
Dépôt partiel aux Archives départementales dans les années 1960 et rétrocession des délibérations communales en 1986, 1988 et 1990.


Rédacteur de la description :


Statut juridique :
Archives publiques
Communicabilité :
La communicabilité des documents est régie par la loi n° 2008-696 du 15 juillet 2008 sur les archives.
Les archives publiques sont, sous réserve des dispositions de l'article L. 213-2, librement communicables de plein droit (Code du Patrimoine, article L. 213-1). L'entrée aux archives publiques des documents communicables ne fait pas obstacle au droit à communication desdits documents.
Des dérogations sont susceptibles d'être accordées sous réserve en particulier que le chercheur motive sa demande et signe l'engagement de ne pas nuire au domaine de la vie privée des individus. Les demandes motivées sont à remettre au directeur des Archives départementales de Haute-Savoie qui, après avoir demandé l'avis au maire, les transmet avec les deux avis au Service interministériel des Archives de France. Celle-ci informe directement le chercheur de sa décision.


Conditions d'utilisation :
La reproduction des documents est soumise à l'autorisation des Archives départementales de la Haute-Savoie. En cas de reproduction d'une ou plusieurs pièces, il conviendra de faire apparaître le nom du service dépositaire et la cote du ou des documents.


Sources complémentaires :
Sources internes :
Série SA : archives de l'ancien duché de Savoie
SA 18183 et SA 18184 Comptes des revenus de la châtellenie de la Val des Clefs (1329-1336) [note : la châtellenie de la Val des Clefs et celle de Thônes sont la même, seul le nom a varié]
SA 18122 à SA 18179 Comptes des revenus de la châtellenie de Thônes (1340-1545)
SA 18180 Comptes des subsides (1361)
Série B : cours et juridictions
B 123 Actes de la judicature du marquisat de Thônes, liasse, 10 cahiers (1771-1789)
B 124 Actes de la judicature du marquisat de Thônes, liasse, 16 cahiers (1790-1792)
Série C : administration provinciale
Sous-série 1 C b : Délégation générale des affranchissements.
Consulter notamment les cotes 1 C b 42 à 1 C b 60, pour la province de Genevois.
Sous-série 1 C e : Commissaires d'extentes
Dans cette sous-série, consacrée à ces fonctionnaires chargés des enquêtes et rédactions des terriers, on consultera notamment les cotes 1 C e 1 à 4, 1 C e 10 et 1 C e 12.
Sous-série 1 C d : mappe sarde
1 C d 798 à 800 Numéros suivis.
1 C d 1736 à 1740 Tabelle.
Sous-série 1 C IV : intendance générale, concernant la province de Genevois
Consulter en particulier pour les documents concernant les travaux publics.
Sous-série 5 C : Intendance de Genevois
On signale notamment :
5 C 30 Affaires diverses relatives à l'administration et à la comptabilité des communautés de Sallenôve, Le Sappey, Savigny, Serraval, Seythenex, Seynod, Sillingy, St-Sylvestre, St-Sixt, Syon, Talloires, Thônes. (1701-1755)
5 C 136 Finances, domaines et travaux publics : reconstruction de l'horloge de Thônes, et autres pièces.
Sous-série 6 C : tabellion
6 C 521 – 631 Registres du bureau de Thônes. (1697 – an 11).
Série E : familles, communes, notaires, état civil
E 941 Anonyme (1496-1511)
E 938 Delex, Jean (1502-1511)
E 939-940 Ducrest (1639, 1649)
E 942-946 Comparet (1602-1622)
Sous-série 2 E : notaires
2 E 7497-7518 Missillier, Joseph (1699-1722)
2 E 1533 Curdel, François (1701)
2 E 1534-1551, 2 E 1610 Héritier, Bernard (1721-1748)
2 E 7519-7546 Missillier, Claude François (1723-1763)
2 E 7547-7572 Gay, Claude Nicolas (1736-1766)
2 E 7573-7600 Curton, Jean-Philibert (1740-1769)
2 E 7601-7617 Missillier, Jean-François (1754-1789)
2 E 7618-7625 Curton, Joseph (1769-1785)
2 E 7626-7651 Lathuille, Jean-Baptiste (1777-1808)
2 E 7666-7669 Avet, Jean-Joseph-André (1784-1793)
2 E 7652-7665 Avet, Jean-Claude-François (1785-1813)
2 E 3824-3854 Delallier, Jean-Jacques (1789-1823)
Sous-série 4 E : état civil
4 E 196 Baptêmes, mariages, sépultures. (1650-1666)
Consulter 5 Mi 668
4 E 197 Baptêmes, mariages, sépultures. (1666-1687)
Consulter 5 Mi 668
4 E 198 Baptêmes, mariages, sépultures. (1713-1749)
Consulter 5 Mi 669
4 E 199 Baptêmes, mariages, sépultures. (1749-1792)
Consulter 5 Mi 669
4 E 207 Baptêmes, mariages, sépultures. (1773-1780)
Consulter 5 Mi 939
Sous-série E DEPOT : archives communales déposées
La Balme-de-Thuy
E DEPOT 27/DD 1 Délimitation des paroisses de Thônes et de la Balme-de-Thuy : procès-verbal. (1729)
Manigod
Cotées en E DEPOT 160, ces archives concernent principalement le XVIIIe siècle. On regardera notamment la série II qui contient de nombreux papiers de famille, ainsi que la cote E DEPOT 160/FF 3 : procès avec les syndics de Thônes pour la réparation de la chapelle Saint-Blaise (1766-1767).
Série F : manuscrits, travaux universitaires, recherches généalogiques
F 134 Acquis de la leyde de Thônes à Pierre Feyrat (original, parchemin, 21 septembre 1390).
F 135 Marquisat de Thônes : extrait des patentes portant vente du marquisat (1682). Patente d'agrément pour Madame de Châtillon, acquéreuse de la 5e partie du marquisat de Thônes (1764). Marquis de Thônes : transaction entre le marquis et la ville de Thônes, entre le marquis et les altariens, pour le marquis, avec les administrateurs de l'hôpital (1742-1744).
F 136 Justice : projet des bancs champêtres (manuscrit). Bancs champêtres. Promesse d'acensement du greffe de Thônes. (1685-1743)
F 137 Village des Pesets : fondation d'une chapelle par Rd Avrillion (1674).
F 138 Collège : rôle des revenus de la première classe du collège de Thônes. Hôpital : déclaration du châtelain. (1716-1717)
F 139 Incendies : sommaire à prix pour les incendiés du village de Thuyer d'en Haut, paroisse de Thônes (1689).
F 140 Affranchissements. (1785-1786)
F 141 Procédures : écriture en droit pour le marquis de Thônes contre les sieurs de Menthon ; cahier du procès de Jean-Baptiste, marquis de Saint-Amour, contre les syndics et conseil de Thônes (XVIIIe) ; copie de délibération du Conseil en 1741 à propos de l'administration du legs du sieur de Valpergue à l'hôpital.
F 142 Extrait du cadastre de Thônes (XVIIIe), copie de promesse du plébain et des altariens en faveur d'Anthoine Gallatin, héritier de Loys Gallatin, à propos de la chapelle Saint-Christophe, en 1592 (XVIIIe), acte de bornage de terres pour Pierre Avet Francard, des Pesets, paroisse de Thônes (1702).
Sous-série 2 F : recherches du service
2 F 65 Registre des recettes de la maladière de Thônes, entre 1550 et 1560. (17 juin 1954)
Série G : clergé séculier
Consulter la sous-série 1 G : archives de l'évêché de Genève, en particulier les visites pastorales. Entre autres, on signalera :
1 G 537 Thônes (1667-1714)
1 G 587 Actes de nomination : Thônes, chapelle Saint-jacques. (1784)
1 G 615 Requête d'un régent du collège de Thônes et délibération du conseil de cette ville. (1778)
Sous-série 3 G : séminaire et bourse des pauvres clercs
Le fonds couvre la période allant de 1655 à 1792. Fondé à Annecy et doté au XVIIe, il s'agit du séminaire évoqué dans le présent inventaire aux cotes CC 6 , DD 31 et FF 12. On signalera :
3 G 212 Procès contre Jacques Grand, de Thônes, Jeanne Binvigniat, sa mère, et Pernette Héritier, sa femme.
Série H : clergé régulier
5 H 17 Plébanie de Thônes : droits des religieux de Talloires, curés primitifs de l'église de Thônes, sur cette paroisse ; incident survenu entre le plébain et les religieux. (1779)
Série J : documents entrés par voie extraordinaire
Sous-série 1J : documents isolés
1 J 341 Papiers des familles Gay et Veyrat de Serraval et des familles Vectier et Sonnier de Thônes. (1638-1708)
1 J 783 Reconnaissance pour François de Montfort et Jacquemette de Quintal, sa femme, passée par divers particuliers du mandement de Thônes (Les Clefs, Serraval et Thônes) et du mandement de Montjoie en Faucigny. (1456-1459)
1 J 800 Papiers de la famille André et d'autres familles de Thônes. (XVIe-XVIIIe)
1 J 836 Titres et procédures concernant des familles de la région de Thônes. (XVIIIe-XIXe)
1 J 1031 Correspondance du marquis de Thônes à Garin, avocat à Nissy, sur une acquisition de pièces (13 juin 1707), et autres pièces.
1 J 1038 Reconnaissances passées à Thônes et dans les environs. (1574-1578)
1 J 1432 Papiers relatifs à la maladière de Tronchine, paroisse de Thônes, relatifs à la constitution de rentes. (1597-1748)
1 J 1433 Double de la fondation de la mission des Capucins par les époux Jacques Clerc et George Favre et les époux Aimé Charvet et Jeanne Marie Favre (1705).
1 J 1448 Reconnaissances en faveur d'Amédée VIII (par moitié) et de la confrérie du Saint-Esprit à Veyrier, passées par des particuliers de Veyrier dont les familles de Comba et Raffin, en particulier, Pierre Fournier de Thônes, Raymond de Plantata bourgeois d'Annecy, pour des biens à Veyrier et à Chavoire. (1455-1460)
1 J 1576 Inventaire des biens de Pierre fils de feu François [Billion] des Clefs, habitant de Thônes par Ducroz, notaire (26 mars 1576).
1 J 1710 Testament de Claudine-Françoise Charpine, femme de Louis Laruaz, chirurgien juré de la ville de Thônes (27 octobre 1776).
1 J 1711 Vente par Louis La Ruaz, de Thônes, chirurgien, à Anne-Charlotte Vettier, veuve de Joseph Lathuille, d'une maison avec boutique située à l'entrée de la rue des Clefs à Thônes (23 avril 1781).
1 J 1809 Procure faite à Antoine Rebut, trésorier de la province de Genevois, par Joseph comte de Valpergue, marquis de Thônes (10 juin 1692).
1 J 1813 Acquis en faveur de Claude Tochon, fils de feu François, de Saint-Jean-de-Sixt, fait de Jean-Claude Clerc, de la paroisse de Thônes (20 octobre 1777).
1 J 1821 Acquis devant Curton, notaire, pour François Favre-Bonvin par Anne-Charlotte Vettier veuve de Joseph Lathuille, tous deux habitants de Thônes (17 novembre 1771).
1 J 2456 Sept lettres de François de Bertrand de La Perrouse, premier président en la Chambre des comptes de Savoie, communiquant les ordres de la Chambre, notamment au sujet de la cavalcade au mandement de Thônes. (1653-1655)
1 J 2488 Fichier des notaires du tabellion de l'Ancien Régime pour les communes d'Alby, Annecy, Le Biot, Chaumont, Clermont, Cruseilles, Faverges, Rumilly et Thônes. (1697-1792)
1 J 2673 Communautés de Thônes et Thorens : registre des états des bois et taillis. (1771)
Non communicable pour raisons de conservation.
1 J 2845 Registre de mariages de la paroisse de Thônes (1794-1802).
Sous-série 43 J : papiers de la famille de Gerbais de Sonnaz d'Habères
43 J 80 Rd François-Victor de Gerbais de Sonnaz : Livre de comptes de ses chapellenies de Thônes et d'Evian. (1705-1734)
Papiers de Joseph-Melchior de Livet - Papiers de sa famille maternelle : branche des Menthon du Marest et de la Balme : dans cet ensemble, qui contient les cotes 43 J 892 à 43 J 1117, on signale de nombreux documents concernant Thônes, les droits seigneuriaux dans le mandement, ainsi que des actes de nature privée passés avec divers particuliers de Thônes et des environs. Parmi lesquels :
43 J 901 Biens de Thônes - Conventions entre Me Claude Mauris et Me Jean-Philibert Curton, bourgeois de Samoëns, commissaire d'extentes, pour la rénovation des reconnaissances dans le mandement de Thônes ; mandats de paiements et quittances ; transaction avec Mre Charles-Gaspard Granery, marquis de La Roche ; acensement d'une maison, rue Blanche, au sieur François André ; quittances des exacteurs des tailles ; etc. (1734-1782 )
43 J 913 Acquis d'une maison Chez les Gay, paroisse de Thônes, et autres documents. (1732-1771)
43 J 915 Différend avec Me Joseph Missillier, notaire à Thônes, au sujet de fenêtres donnant sur la propriété de Thônes. Correspondance à ce sujet. (1711-1751)
43 J 919 Rentes constituées et obligations passées par Marie de Menthon en faveur de l'église paroissiale du Villard-sur-Thônes ; de Jean-François Bernard, de Manigod ; du sieur Claude-François Richarme, de Serraval ; de Rd Pierre-François de Riddes, plébain de Flumet. (1742-1762)
Sous-série 73 J : fonds Domenjoud
73 J 197 Registre de reconnaissances en faveur de Dlle Claudine de Lallée, veuve de noble François de Galley, par quelques habitants de Thônes. (1672)
73 J 231 Documents de la famille Bijasson, de la Vacherie. (1617-1689)
73 J 378 Papiers concernant noble François de Galley, coseigneur de la Val des Clés, à Thônes : extrait de l'inventaire des meubles de sa maison de Thônes, 1724 ; sommaire apprise de l'incendie survenu dans sa maison de Thônes, dans la nuit du 7 au 8 février 1725, et plan cadastral de la ville de Thônes ; requêtes au roi de Dlle Charlotte de Menthon, veuve de noble François de Galley. (XVIIIe)
Sources externes :
Archives départementales de la Savoie
Série SA
Quelques documents dans les consignements de fiefs et les archives de la Chambre des Comptes notamment (SA 2, SA 4, SA 11, SA 1988).
Série B
Archives du Sénat de Savoie. On consultera notamment la sous-série B0, cotes 1 à 8171, qui concernent les procédures du Sénat de Savoie ; et la sous-série 2B, « Procédures criminelles et civiles, appels et directes », cotes 2B 10 0001 à 2B 14999, qui contient notamment le fonds de la judicature mage de Genevois, riche en affaires judiciaires à Thônes et aux environs (les Clefs, Faverges, etc.), en particulier pour le XVIIIe siècle.
Série E
On consultera notamment la cote 2E 8, qui contient plusieurs papiers de familles dont la famille Binvigniat, de Thônes (XVIIIe), et la cote 2E 58 qui contient entre autres des papiers de la famille Dupont, de Thônes (XVIIe-XVIIIe).
Archives communales de Thônes
Les archives postérieures à 1792 sont à la mairie de Thônes. Les registres de délibérations, la charte de franchises (1350), ainsi que des documents épars du Moyen Âge ou de l'époque moderne, remarquables dans leur intérêt ou dans leur forme pour l'histoire de la ville et de sa vallée, sont conservés et, pour certains, présentés au Musée du Pays de Thônes.
Les plus anciens registres de délibérations (1562-1792) ont été microfilmés avant restitution et sont consultables sous la cote 1 Mi 173.


Bibliographie :
Lorsque le document est disponible dans la bibliothèque des Archives départementales, sa cote est indiquée entre crochets.
Généralités
BAUD (Henri), MARIOTTE (Jean-Yves).
Histoire des communes savoyardes
, Édition Horvath, Roanne, 1980.
BORDES Maurice, HAHN Georges. « La réforme scolaire sarde de 1729 dans le comté de Nice »,
Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale
, Tome 91, N°144, 1979, pp. 415-422.
BRUCHET Max,
L'Abolition des droits seigneuriaux en Savoie (1761-1793)
, Annecy, 1908 rééd. 1979. [Bib 3545]
NICOLAS Jean,
La Savoie au XVIIIe siècle, Noblesse et Bourgeoisie
, Paris, 1978, réed. 2003.
Id.,
La vie quotidienne en Savoie aux XVIIe et XVIIIe siècles
, Paris, 1979. [Bib 3658]
PERRET André,
Les institutions dans l'ancienne Savoie : du onzième au seizième siècle
, Chambéry, 1981. [BR 3633]
PERRILLAT Laurent,
L'apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles. Pouvoirs, institutions, société
, Annecy, Académie salésienne, 2006.
Une école à la mesure des Alpes ? Contribution à une histoire de l'enseignement secondaire
, Grenoble, PUG, 2008. [Salle de lecture]
VERDO Rémy, « Les attributions des intendants sardes en Savoie au XVIIIe siècle »,
Revue historique de droit français et étranger
, n°4, octobre-décembre 2012. [BR 6038]
Sur Thônes et sa vallée
« Combien sommes-nous dans la vallée de Thônes depuis 1561 - Dans les arrondissements de Haute-Savoie en 1990 »,
Revue des Amis du Val de Thônes
, n°24 Août 2000, p. 179. [PER 1396]
« Le 20e siècle en Val de Thônes »,
Revue des Amis du Val de Thônes
, n°23, juillet 1999, p. 161-174. [PER 1396]
BARATIER Edouard, « Les précautions contre la peste à Thônes (1640) »,
Revue savoisienne
, 1946, p. 150-156. [PER 1391]
BERTHOUD Emile, « Le retable de Thônes »,
Revue savoisienne
, 1991, p. 47-59. [PER 1391]
CHALLAMEL Jean-Bernard, « Le culte de Saint-Sébastien dans la vallée de Thônes (XIVe-XXe siècles) »,
Congrès savoisien
, 1986, p. 119-124. [PER 1485]
Id., « De l'hôpital de Thônes au château et à la maison de retraite (XVème-XXème siècle) »,
Revue des Amis du Val de Thônes
, n°20, août 1996, p. 44-47. [PER 1396]
Id., « La lèpre et les maladières de la vallée de Thônes »,
Revue des Amis du Val de Thônes
, n°20, août 1996, p. 39-43. [PER 1396]
Id., « L'Eglise St-Maurice et la chapelle du Calvaire de Thônes »,
Les cahiers du musée du Pays de Thônes
, n°6, novembre 2009, p.1-63. [PER 1543]
Id., « La maison seigneuriale de Thônes au milieu du XVIIIe siècle »,
Congrès savoisien
, 1978, p. 175-184. [PER 1485]
Id., « La peste dans les vallées de Thônes XIVe-XVIIe »,
Revue des Amis du Val de Thônes
, n°23, août 1996, p. 22-36. [PER 1396]
Id., « La vallée de Thônes à la veille de la révolution (1789) »,
Revue des Amis du Val de Thônes
, n°14, juin 1989, p. 11-21. [PER1396]
Id., « Le Pays de Thônes sous la révolution »,
Revue des Amis du Val de Thônes
, n°2, juin 1976, pp. 74-78. [PER 1396]
COCHAT Lucien, « Le Musée du Pays de Thônes, précurseur de la conservation du patrimoine local »,
Revue des Amis du Pays de Thônes
, n°23, juillet 1999, p. 123-124. [PER 1396]
EMERICH Michel, « Emergences des Frontières : Les limites territoriales dans la vallée de Thônes au Moyen-Âge » ,
Actes des Sociétés savantes de Savoie
, 2004 - n° 12 et 13, p. 47-64. [PER 1485]
Id.,
Dénombrement des familles rière la ville et mandement de Thônes, 11 octobre 1698 (communes de Thônes et des Villards-sur-Thônes)
, 2007. [F 1271]
Id.,
Les comptes de subsides de la châtellenie de Thônes, 1357-1508 avec le recensement de 1515
, 2004. [F 1240]
FILLION Monique, « Ecole et formation à Thônes du XVIIIe siècle à nos jours »,
Revue des Amis du Val de Thônes
, n°19, février 1995, p. 160-186. [PER 1396]
GERFAUX Rachel,
Une châtellenie du Genevois au XIVe s. : Thônes de 1329 à 1359
, Mémoire de maîtrise d'histoire, Université de Savoie, Chambéry, 1995. [F 988]
GERMANN Clara, « Un marquis à Thônes (1681-1695) : conseil de ville et autorités seigneuriales à travers les archives communales », [en ligne]. [Consulté le 6 décembre 2016]. Disponible sur :
GOLLIET J., « Le pays de Thônes, présentation géographique »,
Revue des Amis du Val de Thônes
, n°18, août 1993, p. 12-13. [PER 1396]
LECOY DE LA MARCHE A., « Les franchises de la ville de Thônes »,
Revue savoisienne
, 1862, p. 13-16. [PER 1391]
POCHAT-BARON François, « Histoire de Thônes depuis les origines jusqu'à 1792 »,
Mémoires et documents de l'Académie Salésienne
, 1922-1924, t. 42-43. [PER 1392]
Id., « Histoire de Thônes depuis les origines les plus lointaines jusqu'à nos jours »,
Mémoires et documents de l'Académie Salésienne
, 1926-1927, t. 44-45. [PER 1392]
Id., « Les paroisses de la vallée de Thônes »,
Mémoires et documents de l'Académie Salésienne
, 1942-1943, t. 60-61. [PER 1392]


Exploitation du document :
Intérêt du fonds
L'intérêt du fonds a été présenté ainsi par Max BRUCHET : « Les délibérations du Conseil [communal] remontent à 1562 : je ne connais, précise-t-il, dans la région, qu'une ville qui ait le bonheur d'en posséder de plus anciennes, c'est Annecy ». Il poursuit plus loin : « Leur inventaire fournirait les renseignements les plus précieux et les matériaux les plus sûrs pour nous initier à la vie de cette ville prospère qui sut par son industrieuse activité conquérir un des premiers rangs parmi les villes du Genevois ». En outre, les archives anciennes de Thônes forment probablement avec celles de Sallanches un des fonds communaux déposés les plus riches.
Le fonds des archives communales de Thônes présente un intérêt pour l'histoire locale et pour l'histoire du duché de Savoie puis du royaume. Remontant de manière exceptionnelle jusqu'en 1295, le fonds ancien est surtout riche pour la période moderne et nous renseigne sur le fonctionnement communal en Savoie, sur l'identité d'une élite de bourgeois, sur leurs relations avec la noblesse ancienne, avec la noblesse de robe et avec l'administration. Les nombreuses pièces comptables des syndics, complètes pour certaines décennies, nous renseignent sur le quotidien d'une gestion communale qui couvre tant la voirie, l'entretien des bâtiments, la gestion de l'église, les relations avec l'intendance, l'administration des biens communaux et d'autres aspects encore. La
série GG
, très fournie, contient des inventaires de biens d'église, du plébain, de nombreux documents sur la gestion de l'église, l'hôpital, la maladière, mais aussi sur le collège. On signalera notamment la cote GG 104 qui nous renseigne sur le détail des opérations médicales au milieu du XVIII
e
siècle.
Les enquêtes et interrogatoires, par leur style oral qui transcrit directement les paroles des témoins, sont également riches d'enseignement, que ce soient les enquêtes pour le marquis ou la cote GG 64. Les documents sur les conflits avec le châtelain Jacquet en
série FF
, ainsi qu'avec le marquis de Valpergue, donnent un aperçu des luttes de pouvoirs. Le conflit peut être étudié à la fois du côté des revendications des syndics, du côté des nobles locaux (on consultera notamment les cotes FF 69 et FF 90 pour l'implication physique et verbale de Paul de Menthon), du point de vue du châtelain, ainsi que de celui du marquis qui, hors des documents officiels, ne mâche pas ses mots (voir en FF 68). Ce fonds permet ainsi d'appréhender à la fois une grande variété d'aspects de la vie quotidienne de la ville, mais aussi des relations entre la ville et les autorités judiciaires, seigneuriales et l'administration du souverain.
Par ailleurs, le fonds comporte de nombreux titres privés, pour des raisons diverses, parfois difficiles à déterminer. La ville possède de grandes familles dont un ou plusieurs membres ont présidé aux destinées des communautés de Thônes. Les archives communales nous renseignent davantage sur leur carrière et leur action publique, mais elles sont complétées par des archives d'origine privée, classées dans la
série II
.
Parmi les documents dignes d'intérêt, nous signalerons particulièrement les comptes de syndics depuis 1468, ainsi que les papiers de la léproserie et de l'hôpital constituant un ensemble riche et relativement complet dès le bas Moyen Âge (XIV
e
-XV
e
siècles).
À travers le présent inventaire, les Archives départementales offrent aux chercheurs un outil pour l'étude de l'histoire de la vallée de Thônes. Exceptionnel par son ancienneté et sa richesse, le fonds des archives communales attira l'attention de Max BRUCHET qui concluait son rapport d'inspection ainsi : « Il est à souhaiter que le classement de ces documents se fasse le plus tôt possible » : c'est désormais chose faite.


Mots-clés matière : Archives communales ; Archives familiales
Répertoire numérique détaillé