11 - Un nouveau fonctionnement (2)

Archives et bibliothèque
La Florimontane s'attache dès 1851 à constituer des archives, grâce à des dons, ainsi qu'à développer une bibliothèque spécialisée en histoire de la Savoie. Elle fait d'ailleurs profiter les Archives départementales de la Haute-Savoie, le musée d'Annecy ou la bibliothèque d'un certain nombre de dépôts ou de dons.
La société a son siège à l'hôtel de ville et la municipalité lui assure un local pour ses réunions et sa bibliothèque.

Ses collections et le développement du musée d'Annecy
L'Association se propose un autre but, celui de participer au développement du musée d'Annecy à travers une collection d'antiques, de médailles et sceaux, la réunion sous les portiques de l'hôtel de ville des fragments de sculpture et d'inscriptions et enfin l'histoire naturelle et notamment dans ses applications à l'industrie.
En 1851, le musée n'est encore que peu développé. Gabriel de Mortillet, Louis Revon et Marc Le Roux se succèdent à sa tête, tout en développant les collections et en accroissant les salles d'exposition.

D'autres initiatives
L'Académie est également à l'origine de nombreuses initiatives visant à rappeler le souvenir de Savoyards célèbres (souscription en 1855 pour la réalisation d'un buste du pharmacien-chimiste Fabien Calloud , souhait d'érection d'une statue de François de Sales en 1863, souscription, en 1880, pour à l'installation d'une statue de Sommeiller).
Elle incite aussi incite à la création de plaques, plus modestes, rappelant d'autres personnages ou des souvenirs, comme en 1904 la colonne rappelant l'ancienne cité romaine de Boutae.

Elle contribue également à protéger ou à faire découvrir le patrimoine des pays alpins : elle milite également en faveur du classement du Palais de l'Île et du château d'Annecy, du château des Allinges et du clocher d'Annecy-le-Vieux, mais aussi de l'établissement de galeries au-dessus des gorges du Fier, de la conservation du pont suspendu de La Caille ou encore de la sauvegarde des ruines de l'ancien château-fort de Faucigny.
Afin d'étudier les monuments historiques et de mieux connaître les curiosités naturelles, des courses sont organisées à l'initiative de Jules Philippe : à Thônes dès 1861, au Mont-Veyrier, à Rumilly, à Thonon-les-Bains ou encore à Montrottier&

Concours littéraires et artistiques
La Florimontane participe à la mise en place, avec la ville d'Annecy, de la fondation Claude-François Andrevetan. Membre de la société, docteur à La Roche-sur-Foron, ce dernier donne en 1863 la somme de 8 000 francs à condition que les 400 francs d'intérêts annuels soient offerts à des prix annuels ou bisannuels de poésie, littérature ou de beaux-arts. Ce concours fonctionne de 1874 à 1950 et récompense notamment Henry Bordeaux en 1889 et Albert Samain en 1893.
En 1941, Léon Laydernier créé une fondation qui offre un prix annuel au lauréat d'un concours de poésie. Ensuite, son fils dote le 1er prix. Actuellement, les trois premiers prix sont récompensés grâce à des mécènes florimontans.

Les autres sociétés savantes
L'association florimontane, dès sa refondation, établit des liens avec les autres sociétés savantes savoyardes, en échangeant leurs publications, en participant à leur fonctionnement ou encore à des actions communes comme, à plusieurs reprises, le congrès des sociétés savantes de Savoie.

La Florimontane aujourd'hui
L'Académie se réunit à Annecy une fois par mois, d'octobre à juin inclus.
Elle poursuit la publication annuelle de la Revue savoisienne, dans laquelle on trouve en plus de chroniques régulières, le compte-rendu des séances et le texte intégral ou partiel de certaines communications, ainsi que les hommages rendus par les nouveaux Florimontans à leurs prédécesseurs.
Elle continue d'enrichir ses archives et sa bibliothèque et d'organiser chaque année le concours de poésie créé par le docteur Andrevetan et Léon Laydernier.
Enfin, en exécution des dispositions testamentaires de Léon Marès, elle gère le domaine de Montrottier et ses collections, ouverts au public.