10 - Eurafrique

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les Européens de l'Ouest, poussés par la nécessité, intègrent l'Afrique dans des projets de relèvement de l'Europe mais chaque pays développe son modèle eurafricain. Dans l'entre deux guerres, la notion d'Eurafrique s'affirme, en faisant de l'Afrique un prolongement de l'Europe tout en cachant souvent des intérêts nationaux ou privés.

Idéalement, le monde libre pourrait sappuyer sur l'Eurafrique pour son développement économique et se défendre en pleine guerre froide.

Plus que jamais, les ressources énergétiques sont stratégiques.
En 1951, Louis Armand entre dans un comité créé pour l'aménagement de zones d'organisation industrielle en Afrique.
En 1952, il est nommé membre du conseil supérieur du pétrole et en décembre est créé un bureau d'organisation des ensembles sahariens ; sa présidence est confiée à Louis Armand ; sa mission est d'assurer la prospection des ressources du Sahara français et de préparer la mise en exploitation des découvertes à venir .

Dès 1954, en Algérie, deux gisements importants sont découverts : Hassi Messaoud pour le pétrole et Hassi rmel pour le gaz.
En 1956 du pétrole est découvert en Tunisie à Edjele.
L'année suivante, un gisement de minerai de fer est découvert et mis en exploitation en Mauritanie à Fort Gouraud.
Un autre gisement de minerai de fer, encore plus important, est découvert à Gara Djebilet près de Tindouf au sud du Maroc.

Au moment où la domination coloniale commence à être contestée, l'Europe occidentale tente de s'unifier. Avec les traités de Rome, la France impose l'association des colonies d'Afrique à la CEE. Les conditions de cette coopération évoluent ensuite avec les indépendances africaines.
La question du rêve d'unification européen rencontre et renforce le rêve de coopération entre Europe et Afrique, malgré des relations établies de pays à pays.