9 - Armoiries anciennes en Genevois

« De gueules à la truite d'argent posée en bande ».
Les armoiries d'Annecy remontent au Moyen Âge. La plus ancienne représentation connue à ce jour se trouve sur le sceau de la ville appendu à des lettres de bourgeoisie du 17 décembre 1472. La première représentation en couleur de ces armoiries date de 1551
Certaines autres figurations exhibent un poisson miraillé, c'est-à-dire semé de petits points, ce qui permet d'y reconnaître une truite. Ce motif évoque le lac, le canal du Thiou et surtout l'importance de la pêche dans la vie économique annécienne aux époques médiévale et moderne.
Ces armoiries ont été officialisées par une délibération du conseil municipal en date du 26 janvier 1988.

« De gueules à l'aigle d'argent becquée et membrée d'or ».
Les armoiries de Rumilly figurent sur la cloche de Madame Royale, coulée en 1639. Elles sont aussi représentées sur la pierre des fonts baptismaux de l'église Sainte-Agathe qui porte le millésime 1581.
Au XVIIe siècle, Charles-Auguste de Sales a blasonné l'écu rumillien : « de gueules à l'albanais éployé d'argent becqué et membré d'or ». Le terme albanais a longtemps intrigué. Le comte Amédée de Foras a mis fin aux interrogations en faisant justement remarquer que l'oiseau dessiné sur les différentes figurations des armoiries de Rumilly ne présente pas autre chose que les attributs de l'aigle héraldique.
Ces armoiries sont souvent accompagnées de la devise « É capoë », « et quand même ». Elle rappelle la réplique adressée par les habitants de Rumilly, lors de l'invasion de la Savoie par Louis XIII en mai 1630, aux parlementaires français qui les enjoignaient de se rendre puisqu'Annecy venait de le faire sans sommation. Les Rumilliens rejetèrent ainsi avec dédain la capitulation qui leur était proposée.