9 - Les fêtes de la translation des reliques : la neuvaine (23 juillet - 2 août 1911)
L’église de la Visitation est parée afin de recevoir les pèlerins : le programme décoratif fait appel aux armoiries des deux saints, à celles de l’évêque d’Annecy, de la Visitation, de la ville, à des devises à la gloire des fondateurs ou encore des paroles de François de Sales, à de grandes oriflammes, aux portraits des deux saints, à des buissons de roses rouges et blanches, à des guirlandes de tarlatane jaune et blanche, à des anges… Les châsses sont descendues près de la table de communion, celle de François du côté de l’Évangile et celle de Jeanne du côté de l’Épître. Les reliques, comme par le passé, font l’objet de la dévotion des pèlerins qui tiennent à les voir et à les vénérer : on leur fait toucher des objets de piété, des souvenirs, des tissus destinés aux malades. 

Les rues principales sont également ornées de nombreux motifs tandis qu’un arc de triomphe monumental est dressé place de la gare.

Le dimanche 23 juillet à midi et 4 heures, les cloches de la ville annoncent le début de la neuvaine, au cours de laquelle plus de 8 000 communions sont données, sans compter celles de la nuit du 1er au 2 août.

Pendant la neuvaine, diverses prédications et messes se déroulent, présidées par monseigneur Rumeau, évêque d’Angers, par le cardinal Maffi, par monseigneur Excoffier des Missions étrangères, par monseigneur Monnier, évêque de Troyes, et en présence de monseigneur Campistron, évêque d’Annecy.