9 - L'Association florimontane de 1851

Quatre Annéciens recréent l'Académie oubliée, à Annecy, rue Filaterie, dans le magasin d'Éloi Serand. Il projette, en janvier 1851, en compagnie de Louis Bouvier, d'Étienne Machard et de Jules Philippe, de créer une association où les Annéciens aimant les sciences intellectuelles, l'histoire et l'archéologie prendraient plaisir à se rencontrer.

Ils se mettent en quête d'hommes susceptibles d'être animés par les mêmes passions : le docteur Lachenal, premier président de l'Association, député et maire d'Annecy, Jacques Replat, Aimé Burdet, imprimeur, Alphonse Despine, inspecteur des mines, député de Duingt, Jean Laeuffer, directeur de la Manufacture, Aimé Levet, de Reymondi, intendant général du Genevois, monseigneur Rendu, évêque d'Annecy, le chanoine Buttet, grand vicaire, le chanoine Magnin, supérieur du Grand Séminaire.
Le 2 juin paraît un prospectus intitulé « Association florimontane d'Annecy pour le progrès et l'encouragement des sciences, des arts et des métiers », qui reprend à son compte la citation du livre Ier du De officiis de Cicéron, qui est resté la devise de l'Académie : « Omnes omnium caritates patria una complexa est » (La patrie, elle toute seule, a englobé, toutes les affections de tous).
Ce manifeste, s'il rappelle le nom de François de Sales et également ceux de personnages importants nés à Annecy ou dans l'actuel département, comme le cardinal Jean de Brogny ou Eustache Chapuys, ne mentionne pas le souvenir annécien de l'Académie fondée en 1607. Peut-être faut-il y voir la volonté de ne pas froisser l'Académie de Savoie, fondée en 1820 à Chambéry, qui reprend l'oranger, emblème de la première Académie florimontane et sa devise : « Flores fructusque perennes ».

Les actions de l'Académie dès sa refondation, sont définies en théorie :
- réunions des membres durant lesquelles sont présentées des communications sur divers sujets (histoire, sciences, analyses d'ouvrages ou d'objets&),
- publication de fascicules reprenant les procès-verbaux des séances, accompagnés des résumés des communications et de divers articles,
- organisation de cours publics et populaires de sciences, géométrie, grammaire, dessin appliqué aux arts, chimie industrielle, comptabilité commerciale,
- constitution d'une bibliothèque relative essentiellement à la Savoie,
- collecte et conservation des objets anciens relatifs à l'histoire de Savoie ou liés à l'histoire naturelle savoyarde et dépôt au musée de la ville d'Annecy,
- organisation de promenades historiques et scientifiques pour visiter les curiosités du pays,
- « conservation des souvenirs de l'ancienne Savoie »,
- établissement de relations avec les autres sociétés savantes pour échanger les publications et travailler ensemble sur des sujets communs.
Les buts de l'Association florimontane sont définis ainsi : « rechercher et mettre en lumière toutes les ressources vives du pays, mettre à la portée de toutes les intelligences, les idées justes, raisonnables, utiles et pratiques, provoquer toutes les améliorations possibles dans le domaine de l'économie, de l'hygiène, de la salubrité publique, ouvrir des cours pour l'instruction du peuple et réunir toutes les bonnes volontés pour mieux faire connaître l'histoire de Savoie ».