7 - Armoiries anciennes en Chablais

« D'azur à la truite d'argent posée en fasce engoulant par le milieu un petit poisson du même ; au chef cousu de gueules à la croix d'argent ».
Les armoiries de la commune d'Évian-les-Bains sont antérieures à la Révolution. L'Armorial de Vanhelmont (vers 1772) les figure déjà : la truite y est représentée arquée et contournée (tournée vers le côté senestre). Les deux poissons rappellent probablement le lac et l'importance de la pêche dans la vie économique aux époques médiévales et modernes.
Ces armoiries sont représentées notamment sur deux anciennes matrices de sceaux : la première, vraisemblablement la plus ancienne, forme un écu pentagonal. Les deux poissons y sont grossièrement gravés, le plus gros étant arqué. Les armes de la Savoie n'apparaissent pas sur cette première matrice, ce qui laisse à penser qu'il s'agit d'un ajout postérieur.
L'autre matrice, plus petite, porte les armes de la ville d'Évian-les-Bains, les deux poissons au chef de Savoie, avec l'inscription suivante : sigillum communitatis de Evians. Ce sceau a été apposé sur plusieurs documents dès la première moitié du XVIIe siècle.
À ces armoiries est associé un dicton : « sur terre comme dans les eaux, les petits sont mangés par les gros ; mais à Évian, les petits se mettent en travers ».

« Parti d'or et d'azur ».
Les armoiries de Thonon-les-Bains sont très anciennes, puisqu'elles figurent déjà sur un sceau couvert apposé sur une lettre de 1581 des syndics de cette ville.
Ces armoiries pourraient avoir été concédées par le comte Philippe Ier de Savoie qui confirma et précisa, en 1279, les franchises qui avaient été concédées à Thonon en 1265 par Pierre II.
Il faut également ajouter qu'une variante de ces armoiries nous est connue, notamment par l'Armorial de Vanhelmont (vers 1772), et par l'Armorial du duché de Savoie dit de Lajolo, dressé pour le marquis Costa de Beauregard (Annecy, p. 94), où elles se blasonnent : « parti d'argent et de sable ».