5 - L'application du référendum : L'élection présidentielle de 1965

Au terme du septennat du général De Gaulle, débuté en 1958, a lieu le premier rendez-vous des électeurs avec le président de la République. Lors de l’élection présidentielle organisée les 5 et 19 décembre 1965, les Français votent pour la première fois au suffrage universel direct (la République française accorde le droit de vote aux femmes le 21 avril 1944, confirmé par une ordonnance du 5 octobre ; la majorité civile est alors fixée à 21 ans).
 
À l’issue du premier tour de scrutin, la participation atteint un niveau record (plus de 85 %) et donne les résultats suivants :
Charles De Gaulle : 44,64 % soit 11 millions sur les 24,5 millions de votants
François Mitterrand : 31,72 % soit un peu plus de 7 millions
Jean Lecanuet : 15,57 % soit un peu plus de 3 millions
Jean-Louis Tixier-Vignancour (sans étiquette, droite anti Gaulliste et extrême droite) : 5,27 %
Pierre Marcilhacy (Parti libéral européen, centriste) : 1,71 %
Marcel Barbu (sans étiquette, gauche) : 1,15 %
Abstention : 15,45 %
 
Parmi ces candidatures, celles du président sortant Charles De Gaulle (UNR : Union pour la nouvelle République), de Jean Lecanuet , président du Mouvement républicain populaire (MRP, centre-droit) et du candidat unique de la gauche François Mitterrand ( Convention des institutions républicaines , investi par la SFIO - Section française de l’internationale ouvrière - , soutenu par le PCF - Parti communiste français - , le Parti radical et le PSU – Parti socialiste unifié) sont les plus marquantes. 

Il est nécessaire pour être élu d’obtenir la majorité absolue, soit plus de la moitié des suffrages exprimés (50 % plus une voix). Le candidat le mieux placé à l’issue de ce premier tour, De Gaulle, n’obtenant pas cette majorité, il est donc mis en ballotage et doit lutter pour sa réélection.

Le second tour, le 19 décembre 1965, permet de le départager d’avec l’autre candidat ayant obtenu le plus de voix lors du premier tour, François Mitterrand.

Les électeurs donnent finalement raison à Charles De Gaulle (55,20 %, soit 13 millions de voix contre 44,80 %, soit 10,5 millions de voix pour F. Mitterrand).

Charles De Gaulle est réélu pour sept ans président de la République française.