6 - Être enfant malgré tout ?

De tous les pays mobilisés, c'est en France que l'enfant a été le plus impliqué aux côtés des adultes dans l'effort de guerre.

Toujours patriotiques, les activités enfantines s'inscrivent dans un contexte de guerre dans lequel, cependant, l'enfant parvient parfois à s'approprier un petit espace de liberté, de rêve, de jeu, à l'école comme dans la cellule familiale.

La guerre est aussi transposée sur le terrain du jeu. En jouant, les enfants expriment et extériorisent les angoisses du quotidien.

Au sortir de la guerre, les enfants comme les adultes doivent réapprendre à vivre en temps de paix, parfois sans le père, parfois avec les retours d'un parent mutilé ou traumatisé.

A l'occasion des commémorations collectives placées sous le signe du deuil, ils cherchent ensemble à trouver un sens à la mort de masse.

Ce sont ces mêmes enfants qui, vingt ans plus tard, seront confrontés à la Seconde Guerre mondiale.