3 - Le référendum du 28 octobre 1962 en Haute-Savoie : une participation active

La campagne dans le département
Toutes les formations politiques de la Haute-Savoie sont favorables au « Non », excepté l’Union pour la nouvelle République (UNR), fondée le 1er octobre 1958 pour soutenir l’action du général De Gaulle de retour au pouvoir au mois de juin.

Au sein du Conseil général de la Haute-Savoie, une quasi-unanimité s’exprime en faveur du « Non ».

La fédération du Mouvement républicain populaire de Haute-Savoie (MRP), et notamment C. Bosson et J. Philippe, recommande de voter « Non », « le régime ne pouvant reposer sur un seul homme ». Dans le même temps, elle souhaite maintenir en l’état la Constitution de 1958 votée par l’immense majorité des Françaises et Français.

Les indépendants sont divisés ; G. Pianta décide finalement de laisser la liberté de conscience à ses électeurs. Quant à la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO) et au Parti communiste (PC), ils sont favorables au « Non ».

Les Hauts-Savoyards votent donc largement en faveur du « Oui », tout comme les habitants des autres départements de Rhône-Alpes qui sont eux aussi favorables à l’élection du président de la République au suffrage universel direct.