2 - La fondation de la première Académie florimontane

Elle est fondée à Annecy en 1607, à l'initiative de François de Sales, évêque de Genève en résidence à Annecy, et d'Antoine Favre, alors président du conseil de Genevois. Ces anciens étudiants en droit de Turin et Padoue souhaitent fonder une société littéraire et savante en s'inspirant des coutumes d'au-delà des monts.

Pendant longtemps, les historiens hésitent entre 1606 et 1607 pour l'année de sa création, et c'est finalement Gaston Letonnelier qui tranche la question, sans toutefois pouvoir en déduire une date absolument précise.

Il existe peu d'éléments relatifs à la fondation et l'origine de l'Académie, cette faiblesse étant encore renforcée par le caractère éphémère de cette première florimontane. Une dizaine de documents seulement, notamment quelques lettres de l'époque, mentionnant son existence ont été conservés. Par ailleurs les biographes de François de Sales sont restés souvent silencieux sur cette fondation car ils se sont plus intéressés à l'homme d'Église qu'à l'homme de lettres.
Les informations relatives à l'Académie proviennent donc majoritairement de l'ouvrage Histoire du bienheureux François de Sales rédigé par son neveu Charles-Auguste de Sales publié à Lyon en 1634.

Bien que placée sous la protection du duc de Genevois-Nemours et composée de savants et d'esprits éclairés, elle ne fonctionne vraisemblablement que jusqu'en 1610. Cette date coïncide d'ailleurs avec la perte ou l'éloignement de deux de ses fondateurs : Antoine Favre est nommé premier président du Sénat de Savoie par patentes du 20 juin 1610, il tient le 6 juillet sa dernière audience au Conseil de Genevois à Annecy et le lendemain part pour Chambéry.
Dans le même temps, François de Sales, au cœur des questions de prédication, de visites pastorales, de réformes des monastères, se consacre alors à l'ordre de la Visitation, qu'il vient de fonder avec Jeanne de Chantal.