Le service des Archives départementales est de création plus récente que ceux des autres départements français : il remonte à 1861, après le Rattachement de la Savoie à la France.

Les Archives de la Haute-Savoie depuis 1860

La constitution des fonds d'archives

Les premiers archivistes s'attachèrent principalement à recueillir les papiers des intendances du XVIIIe siècle, les archives des administrations françaises ayant fonctionné entre 1792 et 1814, et celles de la période sarde (1815-1860). Cela permit la constitution des séries administratives C (Ancien Régime), L (Révolution et Premier Empire) et FS (Fonds sarde). S'y ajouta en 1862 le bel ensemble, fleuron des archives savoyardes, des mappes et des registres du cadastre de 1738, qui avait été ramené de Turin à Chambéry en 1802. Le noyau ainsi constitué n'a cessé de s'accroître depuis lors. Alimentées par les versements normaux des administrations, des tribunaux, des études notariales, ou par des fonds ecclésiastiques en application de la loi de séparation de 1905, les Archives s'enrichirent en outre de dépôts d'archives communales et hospitalières, et de dons et d'achats d'archives privées. Une des étapes marquantes de l'accroissement des fonds intervint après la Seconde Guerre mondiale, par la rétrocession d'une partie des archives du duché de Savoie, transférées à Turin à partir du XVIe siècle et surtout au XVIIIe siècle, à la suite de la suppression de la Chambre des Comptes de Chambéry. Envisagée dès 1860, la cession fut stipulée dans le traité signé en 1947 entre la France et l'Italie, et réalisée en 1951 au bénéfice des deux départements savoyards. Le partage de 1955 attribua à la Haute-Savoie plusieurs fonds ecclésiastiques mais surtout les archives du comté de Genève (XIIIe-XIVe siècles) et une partie de celles de l'apanage de Genevois (XVè-XVIIème siècle), dont Annecy avait été la capitale. Ces fonds forment la série SA. Dans cette série se trouve le document original le plus ancien : la donation d'Ambilly par l'évêque de Langres, Lambert, au comte Humbert de Savoie en date du 8 avril 1022.


Les Archives au sein de la préfecture

Au départ installées dans une pièce de la préfecture provisoire (actuel hôtel de ville d'Annecy, les Archives furent transférées en 1865 dans la nouvelle préfecture.


Les Archives au conservatoire d'art et d'histoire

Elles migrèrent en 1885 dans un bâtiment attenant, agrandi en 1954, avant qu'un troisième déménagement ne les conduise, en 1980, dans l'ancien Grand séminaire d'Annecy (Conservatoire d'Art et d'Histoire).En raison de la saturation des locaux de conservation et de l'inadéquation du bâtiment aux fonctionnalités d'un service d'Archives moderne, le Conseil général décida en 1995 de construire un bâtiment capable de faire face au volume croissant des versements, d'assurer le traitement et la conservation des documents dans les meilleures conditions, et d'accueillir des lecteurs toujours plus nombreux.


Le bâtiment actuel

Le nouveau bâtiment des Archives, situé avenue de la Plaine, a ouvert ses portes au public en octobre 2000. Doté d'une capacité totale de 38 km linéaires de rayonnages (26 km sont actuellement équipés), il offre les meilleures conditions de sécurité et d'ambiance pour les différents fonds d'archives (tous les magasins et locaux de conservation sont climatisés). Les espaces ouverts au public ont été particulièrement soignés : salle de conférences de 80 places, salle de lecture de 50 places, salle multimédias, salle pour la consultation des microfilms, salle pour les travaux de groupe. Les locaux de travail du personnel (bureaux, salle de tri, ateliers) permettent d'accomplir de façon fonctionnelle les différentes tâches d'un service d'Archives : collecte, classement, conservation, communication au public et mise en valeur du patrimoine écrit de la Haute-Savoie.