Cote : Arch. dép. Haute-Savoie, 2 O 350

Intitulé : Résultats d’analyse d’un échantillon d’eau captée au chef-lieu d’Andilly.
Date : 30 septembre 1905

Dans un souci d’hygiène et de prophylaxie, la pureté de l’eau anime d’intenses recherches et débats la fin du XIXe siècle. La loi du 15 février 1902 relative à la protection de la santé publique encadre les travaux publics d’assainissement ou d’amenée d’eau d’alimentation des communes. Le maire arrête les précautions à prendre pour faire cesser les maladies et prescrire les mesures destinées à la salubrité des logements, mais aussi à l’alimentation en eau potable (article 1).
Une adduction et une distribution d’eau potable appropriées s’imposent à Andilly en 1905, car le village, qui compte 459 habitants et 425 bêtes, ne possède pas de distribution d’eau. Ceux-ci viennent puiser l’eau nécessaire aux besoins domestiques aux trois fontaines banales à auges en pierre, où le bétail s’abreuve aussi et où on lave le linge ; leur débit est insuffisant. Parfois la pénurie d’eau oblige les ménagères à recourir aux cours d’eau situés à de grandes distances des lieux d’habitation. Un projet d’adduction et de distribution d’eau potable de sources depuis les nappes aquifères du terrain glaciaire de la commune est élaboré en 1905-1906 pour répondre aux besoins des habitants.

Localiser la commune d'Andilly