Ce concours, institué officiellement en 1961 par Lucien Paye, alors ministre de l’Éducation nationale, à la suite d’initiatives d’associations d’anciens résistants et déportés, vise à transmettre aux jeunes générations l’histoire et la mémoire de la Résistance et de la Déportation.

Il est destiné aux élèves de collège et de lycée, qui peuvent concourir dans deux catégories différentes, en travail individuel ou en travail de groupe.

Pour en savoir plus, allez sur le site de Eduscol : http://eduscol.education.fr/cid45607/concours-national-de-la-resistance-et-de-la-deportation.html

ou sur celui du Ministère de la Défense : http://www.defense.gouv.fr/educadef/memoire-et-pedagogie/concours-national-de-la-resistance-et-de-la-deportation/concours-national-de-la-resistance-et-de-la-deportation-cnrd

Chaque année, un thème est défini. Pour l’année 2017-2018, le thème est : « S’engager pour libérer la France ».

Le site Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah, de l’Amicale d’Auschwitz, décrit en détail les pistes qui pourraient être suivies pour traiter ce sujet très vaste :

 http://www.cercleshoah.org/spip.php?article600

 

Cette année, sur les quatre classes venues aux Archives départementales pour préparer le concours en collaboration avec le service éducatif, trois ont été récompensées au niveau départemental :

en collège : la classe de m. Guillaume Yout, du collège Les Allobroges à La Roche-sur-Foron (2ème dans la catégorie Devoirs Collectifs) et la classe de mme Christelle Bouvet, du collège Paul-Emile Victor de Cranves-Sales (3ème dans la catégorie Devoirs Collectifs)
en lycée : la classe de m. Olivier Ramirès du lycée Jean Monnet à Annemasse (3ème dans la catégorie Devoirs Collectifs).

Ce beau palmarès prouve, s’il en est encore besoin, l’importance de la mise en contact des élèves avec les sources originelles.