7 - Syndicats, mutations du monde du travail et acteurs économiques 1910
À partir de la fin du XIXe siècle, l’essor du monde ouvrier conduit à l’apparition de nouvelles revendications portées par les syndicats. Si on en dénombre moins de 10 en 1900, ils sont 23 en 1911 pour un total de près de 2 700 syndiqués.

La première fédération des ouvriers horlogers, qui forment la majorité de la main d’œuvre industrielle de Haute-Savoie, voit le jour à Scionzier en 1901 dans un contexte de montée du chômage. La précarité des conditions de travail et le développement des tensions sociales provoquent une succession de mouvements de grève, culminant en 1904 avec la mort de trois ouvriers et un procès très médiatisé. Le mouvement ouvrier affirme sa place.

L’horlogerie, activité sous-traitante largement fondée sur le travail à domicile, évolue pendant la Première Guerre mondiale. L’industrie mécanique se transforme et diversifie ses productions : pièces métalliques pour l’armement puis pour les nouveaux secteurs (automobile, construction électrique…). Après 1918, la vallée de l’Arve s’oriente lentement vers le décolletage en adoptant une nouvelle organisation du travail.

  

La Convention de juin 1881 aggrave les inconvénients de la zone franche. La Suisse, est autorisée à y introduire des produits étrangers détaxés, tandis que les exporations haut-savoyardes concernées ne bénéficient plus pleinement des franchises. La situation pénalise particulièrement les petits industriels de la vallée de l’Arve.

La « querelle des zones » marque la conjoncture commerciale jusqu’à la demande de suppression totale par Marius Ferrero, président de la chambre de commerce et d’industrie d’Annecy. Cette dernière, instituée en 1899, est chargée de missions consultatives et administratives. Dirigée par des notables locaux, elle participe à l’effort de guerre par l’emprunt national et relaie la Banque de France en émettant de la monnaie. Dès l’Après-Guerre, elle se spécialise dans l’aide aux entreprises et le soutien à l’implantation d’activités nouvelles.

Les banques et établissements de crédit participent également au développement commercial et industriel du département. Les intérêts régionaux sont mis en avant, comme en témoigne la politique de la banque Laydernier & Cie. Installée à Annecy en 1891, elle participe au dynamsisme industriel et touristique (sociétés électriques, compagnies de tramways, hôtels…) en octroyant des prêts importants.