14 - Crise économique et nouvelles niches commerciales 2010
L’économie haut-savoyarde est inégalement affaiblie par la crise. L’industrie est lourdement frappée et voit ses effectifs rejoindre la moyenne nationale. Le commerce extérieur chute et les secteurs du BTP et du commerce de détail sont atones. Le chiffre d’affaires de la majorité des entreprises de services baisse et les propres difficultés du bassin genevois ne font que compliquer la situation financière de milliers de travailleurs frontaliers. L’agriculture semble moins directement souffrir de la conjoncture, tout comme le tourisme, qui connaît de meilleures saisons par rapport au milieu des années 2000. 

L’« industrie touristique », dynamisée par une importante communication et un prestige durable, est un moteur de l’économie départementale. Ce secteur comprend aussi bien les structures de loisirs, d’hébergement, de commerce que de restauration. Certes, ces diverses branches, comme l’immobilier, ont vu leur activité ralentir à cause de la diminution du nombre et des dépenses des vacanciers. La fréquentation reste cependant considérable et la popularité des activités de plein air favorisent le développement de l’industrie du matériel de sports et loisirs.

Les entreprises phares du secteur, tels Salomon ou Dynastar, subissent les conséquences de restructurations lourdes après leur acquisition par de grands groupes, mais continuent à concevoir et produire une gamme riche de matériels sportifs. Ce domaine d’activité s’étend en effet de la conception des produits à leur commercialisation et la Haute-Savoie est logiquement spécialisée dans l’univers de la montagne. Les sacs et vêtements Millet, Fusalp ou Eider et les raquettes à neige TSL sont ainsi des équipements internationalement connus. Le choix de la spécialisation l’emporte aussi chez Sup’Air (parapente) ou Nic Impex (équipements de sécurité). De plus, l’implantation à Domancy depuis 1999 de l’entreprise Quechua France renforce le poids de la Haute-Savoie sur ce marché. L’approche environnementale s’inscrit au cœur des processus de production et devient également un nouvel argument commercial.

Malgré la crise, l’informatique, la publicité et l’ingénierie prospèrent et participent à l’essor du multimédia dans le département. Cette branche comprend l’industrie de l’image et du multimédia en englobant des activités de conception autour des jeux vidéos, de l’audiovisuel et de l’animation. Sur un marché très concurrentiel, la Haute-Savoie se distingue par un ensemble d’agences interactives. Ainsi Ubisoft Annecy, Altimax ou Félix Création s’investit-elle dans la création, la production et la diffusion de contenus réels (documentaires…) ou virtuels. Le succès de ces activités tient en partie à la qualité de la formation dispensée par l’antenne annécienne de l’école des Gobelins (formation image).