Saint Augustin, évêque d'Hippone (Annaba, nord-est de l'Algérie), réunit autour de lui quelques prêtres et organise leur vie en communauté : il s'agit de se grouper pour s'entraider spirituellement sans exclure les rapports avec le monde extérieur, ce qui constitue une différence majeure avec le monachisme qui implique un retrait du monde pour se consacrer à l'ascèse et à la prière. Au XIIe siècle, les créations de communautés canoniales sont particulièrement nombreuses. Ces communautés observent la règle de saint Augustin, d'où la dénomination de chanoines de saint Augustin. Les chanoines sont soumis à des obligations de piété (offices), de vie commune, d'obéissance au chef de la communauté, de pauvreté et de chasteté car la plupart d'entre eux sont des prêtres. Ils ont aussi le souci de satisfaire les besoins spirituels des groupes humains environnants (prédication, enseignement, encadrement des fidèles…). Certains établissements rayonnent sur d'autres ou font naître des réseaux.

Le fonds est classé sous la cote 4H